Open d'Australie: le grand jour pour Victoria Azarenka

le
0
LA BIÉLORUSSE VICTORIA AZARENKA REMPORTE L'OPEN D'AUSTRALIE
LA BIÉLORUSSE VICTORIA AZARENKA REMPORTE L'OPEN D'AUSTRALIE

par Greg Stutchbury

MELBOURNE (Reuters) - La Biélorusse Victoria Azarenka a connu une journée mémorable samedi à l'Open d'Australie en s'adjugeant à sa première tentative un tournoi du Grand Chelem, qui lui permettra lundi d'accéder au rang de numéro un mondiale.

A 22 ans, l'actuelle numéro trois mondiale n'a laissé aucune chance en finale à la Russe Maria Sharapova, dominée largement 6-3 6-0.

Grâce à ce succès, Azarenka va s'emparer de la première place mondiale aux dépens de la Danoise Caroline Wozniacki. Elle devient ainsi la première Biélorusse à remporter un tournoi du Grand Chelem et à accéder au sommet de la hiérarchie mondiale du tennis féminin.

Après le dernier échange, la Biélorusse, presque incrédule, est allée recevoir les compliments de son entraîneur français Sam Sumyk, qui fait équipe avec elle depuis décembre 2009, alors qu'elle n'était encore que septième mondiale.

"C'est ton heure", lui lança son coach, le second technicien français à conduire une joueuse à la victoire après Loïc Courteau avec Amélie Mauresmo en 2006.

Radieuse, savourant les ovations, Azarenka a pris tout son temps pour grimper sur le podium et y remercier tout le monde, son coach, sa famille, ses amis et jusqu'au personnel de nettoyage du stade. "Et puis je n'oublie pas les chauffeurs: j'espère que vous avez apprécié mes beignets."

"J'ai connu un mois incroyable en Australie, c'est un rêve qui se réalise", a-t-elle déclaré.

Même taille, même jeu: les ressemblances entre les deux femmes s'arrêtaient là sous le tunnel menant au court central de Melbourne.

Sharapova, plus "fashion victim" que jamais, portait un sac de marque tandis qu'Azarenka restait dans l'ombre, encapuchonnée et semblant rôder au tour de sa proie.

LA CHASSE EST OUVERTE

La chasse était ouverte pour la Biélorusse qui, après un début de rencontre traqueur qui lui fit perdre son service d'entrée (-02), devint de plus en plus agressive au fil des jeux.

Attaquant à tout-va, plus rapide que la Russe, Azarenka se mit à "balader" sa rivale en fond de court pour prendre à deux reprises son service et boucler le premier set en 46 minutes (6-3).

La Biélorusse ne relâcha pas son étreinte à l'attaque de la seconde manche, qui se transforma en une démonstration. Débordée, Sharapova rendit les armes sur un revers dans le filet (6-0).

A genoux, Azarenka s'exclama: "J'arrive pas à y croire" avant d'aller donner l'accolade à son entraîneur et à ses amis.

Sharapova a de son côté à nouveau buté sur la dernière haie, après avoir subi la loi de la Tchèque Petra Kvitova l'été dernier en finale de Wimbledon, là même où elle avait surgi au firmament du tennis en triomphant à 17 ans en 2004.

Chouchou des médias, la sculpturale Russe avait su revenir l'an dernier au premier plan après trois ans de doutes en raison d'une blessure à l'épaule.

Cette fois, les experts sont bien en peine de trouver des explications à sa quasi-léthargie dans l'enceinte du Rod Laver Arena.

Elle non plus, d'ailleurs: "Je n'étais pas nerveuse, en fait. J'ai simplement fait des fautes", a-t-elle lâché aux journalistes en gloussant.

"C'est frustrant, mais j'ai la tête sur les épaules, avec de bonnes perspectives dans le sport et dans la vie", a ajouté Sharapova, qui va tout de même accéder au troisième rang mondial derrière Azarenka et Kvitova.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Eric Faye

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant