Open d'Australie: Kim Clijsters, au bout d'elle-même

le
0
KIM CLIJSTERS, AU BOUT D'ELLE-MÊME À L'OPEN D'AUSTRALIE
KIM CLIJSTERS, AU BOUT D'ELLE-MÊME À L'OPEN D'AUSTRALIE

MELBOURNE (Reuters) - Kim Clijsters a connu un dimanche riche en émotions à l'Open d'Australie qui a commencé avec des douleurs à la cheville, s'est poursuivi avec quatre balles de match à sauver, pour finalement s'achever par une qualification pour les quarts de finale.

Dans le "remake" de la finale de l'année dernière à Melbourne, où elle s'était imposée face à la Chinoise Li Na, l'ancienne numéro une mondiale a fait preuve d'une immense générosité et d'un courage à toute épreuve, en s'imposant 4-6 7-6 6-4.

Car à 3-3 dans la première manche, l'affaire semblait mal engagée pour Kim Clijsters, dont la cheville gauche a tourné sur un point, causant quelques frayeurs aux spectateurs de la Rod Laver Arena.

Un temps mort médical et un strapping plus tard, la Belge a concédé la première manche, avant d'être embarquée, dans le deuxième set, dans un jeu décisif set.

Menée rapidement 6-2 dans le tie-break, avec quatre balles de match contre elle, Kim Clijsters n'a pas paniqué.

Bien au contraire, c'est à ce moment crucial, là où beaucoup auraient pu craquer, qu'elle a enchaîné six points d'affilée pour remporter ce set et briser mentalement son adversaire.

"Je n'arrive pas à croire que j'ai gagné", a dit la Belge à l'issue de sa victoire sur le court, les joues encore rougies par l'effort.

"Je savais, avant ce match, que cela allait être difficile, physiquement et mentalement (...) C'était exceptionnel de se battre comme ça, en ne jouant probablement pas mon meilleur tennis", a-t-elle ajouté.

La peine de Li Na, inconsolable en conférence de presse d'après-match, était à la mesure du bonheur de Kim Clijsters.

"Je pense que je n'ai pas trop mal joué aujourd'hui. J'ai peut-être juste manqué d'un peu de chance", a-t-elle commencé par dire.

Mais, après plusieurs questions sur le Nouvel-An chinois, sur l'attitude des supporters à Melbourne, celle qui fut sacrée en juin dernier pour la première fois sur un tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros a fini par craquer.

Et, lorsque ses yeux se sont remplis de larmes et que Li Na s'est pris la tête entre les mains, la responsable presse de la WTA a coupé court aux questions.

Iain Ransom, Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant