Open d'Australie: Federer et Serena Williams impitoyables

le
0
DES DÉBUTS FACILES POUR ROGER FEDERER À MELBOURNE
DES DÉBUTS FACILES POUR ROGER FEDERER À MELBOURNE

par Nick Mulvenney

MELBOURNE (Reuters) - Roger Federer et Serena Williams se sont montrés sans pitié mardi pour leur entrée en lice à l'Open d'Australie au cours d'une journée qui a vu tous les favoris assurer, à l'exception de la dernière finaliste de Roland-Garros, Sara Errani.

L'Italienne, tête de série numéro 7, qui avait fait souffler un vent de fraîcheur Porte d'Auteuil au printemps dernier, a quitté le tableau féminin, éliminée 6-4 6-4 par l'Espagnole Carla Suarez Navarro.

Quart de finaliste à Roland-Garros l'année dernière, la Kazakhe Yaroslava Shvedova a également été balayée dès son premier tour par l'Allemande Annika Beck, 6-2 6-7 6-3.

Mis à part ces deux contre-performances, et celles de Tommy Haas (n°19) et d'Alexandr Dolgopolov (n°18) chez les hommes, ce dernier battu par le Français Gaël Monfils, les principales têtes de série engagées ont franchi le premier tour.

Ce fut le cas notamment de l'ancien numéro un mondial Roger Federer, qui n'a fait qu'une bouchée du Français Benoît Paire, éliminé en trois petits sets 6-2 6-4 6-1.

Le Suisse a profité de cette victoire pour répondre à ceux qui ont exprimé des doutes quant à sa capacité à enchaîner des matches au meilleur des cinq sets sous la chaleur australienne.

"Évidemment, la chaleur a un effet sur les organismes mais cela ne m'inquiète pas outre mesure", a dit le recordman du nombre de titres en Grand Chelem (17) en conférence de presse.

"Je me suis entraîné et j'ai joué tellement de matches sous la chaleur ces dernières années. Je me considère presque favorisé par rapport à mon adversaire sous la chaleur."

Tout comme Roger Federer, Andy Murray, tête de série n°3, ne s'est pas éternisé sur le court en disposant du Néerlandais Robin Haase en trois manches (6-3 6-1 6-3).

"DE QUELLE BLESSURE PARLE-T-ON ?

L'Ecossais a dit avoir éprouvé de bonnes sensations pour son premier match à Melbourne, où il arrive en vainqueur du dernier tournoi du Grand Chelem de la saison dernière, l'US Open.

"Je pense avoir fait du bon boulot aujourd'hui, et dès le début de la rencontre en dictant les points et ne lui faisant pas trop de fleurs", a-t-il dit.

Toujours dans le tableau masculin et toujours en trois sets, Juan Martin Del Potro (n°6), Jo-Wilfried Tsonga (n°7) et Richard Gasquet (n°9) ont assuré leur présence au deuxième tour.

La tête de série n°14, Gilles Simon, a eu en revanche besoin de quatre sets pour se défaire de l'Italien Filippo Volandri (2-2 6-3 6-2 6-2).

Chez les femmes, Serena Williams a une nouvelle fois fait montre de son talent et de sa puissance en dominant 6-0 6-0 la Roumaine Edina Gallovits-Hall, malgré une cheville qui a tourné en fin de premier set et fait frissonner tout le public.

"Ça m'a fait très mal", a dit l'Américaine avant d'assurer que rien, pas même la douleur, ne l'empêcherait de tenter de décrocher un sixième titre cette année à Melbourne.

"Je serai là jeudi (au deuxième tour-NDLR). Sauf si quelque chose de fatal m'arrive, il n'est pas question que j'arrête de jouer. Je suis vivante, mon coeur bat, ça va aller", a ajouté la numéro trois mondiale.

Sa principale rivale pour le titre cette année, la numéro un mondiale Victoria Azarenka, a elle aussi gagné en deux sets contre la Roumaine Monica Niculescu (6-1 6-4) et n'a pas semblé émue par la blessure potentielle de Serena Williams.

"Quand j'ai appris ça, je venais juste de sortir du court. J'ai entendu qu'elle avait gagné 6-0 6-0 donc de quelle blessure parle-t-on ?", a-t-elle dit.

La journée a aussi accouché d'un record puisqu'à 42 ans, la Japonaise Kimiko Date-Krumm est devenue la joueuse la plus âgée à remporter un match à l'Open d'Australie.

Quant à Wu Di, il était le premier Chinois à disputer un tournoi du Grand Chelem depuis 1959, époque où le tennis n'était pas encore professionnel. Face au Croate Ivan Dodig, le 186e mondial n'a toutefois pas fait de miracle, éliminé 7-5 4-6 6-3 6-3.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant