Opel veut raccourcir la journée du travail

le
1
OPEL FAVORABLE À DES JOURNÉES DE TRAVAIL PLUS COURTES DANS SA PRINCIPALE USINE ALLEMANDE
OPEL FAVORABLE À DES JOURNÉES DE TRAVAIL PLUS COURTES DANS SA PRINCIPALE USINE ALLEMANDE

HAMBOURG/FRANCFORT (Reuters) - Opel, filiale européenne de General Motors, veut raccourcir la journée de travail dans son usine principale, à Rüsselsheim, en Allemagne, afin d'adapter la production à une demande toujours plus faible.

GM a perdu 747 millions de dollars l'an dernier en Europe, où la chute des ventes de voitures se traduit par une situation de surcapacités représentant, selon le constructeur automobile américain, l'équivalent de 10 sites d'assemblage.

"En raison de la détérioration des conditions de marché en Europe, la direction d'Opel négocie avec le comité d'entreprise et (le syndicat) IG Metall un raccourcissement de la journée de travail à Rüsselsheim", déclare Opel dans un communiqué, confirmant une information de presse.

La société a précisé espérer une conclusion rapide des discussions.

En juin, le conseil de surveillance d'Opel a donné son feu vert à un plan stratégique courant jusqu'en 2016 qui prévoit des investissements "massifs" dans la gamme de modèles, une stratégie de marque repensée, une hausse des exportations, des réductions de coûts dans les matériaux, l'ingénierie et le développement et des économies supplémentaires résultant de l'alliance avec le français PSA Peugeot Citroën.

Si Opel et les représentants syndicaux se mettent d'accord sur un raccourcissement de la journée de travail, le constructeur peut solliciter des subventions du gouvernement allemand dans le cadre du programme "Kurzarbeit" (travail court).

Ce programme, utilisé par bon nombre d'entreprises mises en difficulté par la récession de 2008-2009, permet aux employeurs de préserver des postes en raccourcissant la durée du travail quand le taux d'utilisation des usines est bas, le gouvernement compensant financièrement les heures perdues des salariés.

Au plus fort de la crise financière, plus de 1,4 million de salariés allemands ont été concernés par ce programme.

Jan Schwartz et Maria Sheahan, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • melvyn1 le jeudi 16 aout 2012 à 15:07

    voila la solution : exactement l'inverse de l'ancien sarko.............au lieu de licencier, diminuer les heures permet : 11. A l'entreprise de faire des économies2. Au gouvernement de faire des économies. Hé oui au lieu de payer un chomeur complet, il ne paie que la perte de salaire et maintiens les ouvriers au boulot, d'ou , paiement des impots etc.........et continuation de la consommation.