OPA : les primes offertes sont plus élevées pour les petites capitalisations

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Reprise économique. La crise dans le rétroviseur, les entreprises pourraient profiter de l'extrême faiblesse des taux d'intérêt et des valorisations, dans l'ensemble attrayantes, pour faire primer les opérations de croissance externe sur le sacro-saint désendettement. C'est l'intime conviction des analystes d'Allianz Global Investors.  

Dans une récente étude, la société d'investissement anticipe une accélération cette année des mouvements de fusions-acquisitions. « Les volumes de transaction, bien qu'ils ne soient pas encore proches des plus hauts atteints lors des cycles précédents, s'élèvent depuis le début de l'année à 680 milliards de dollars » fait remarquer Stefan Scheurer, auteur de l'étude. Il s'agit, à ce jour, du niveau le plus élevé enregistré depuis 2007.

Les entreprises ont des liquidités. Au sein du G4, composé des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Europe et du Japon, les flux de trésorerie disponible des entreprises non financières se sont hissés à 3% du Produit intérieur brut global en fin d'année dernière, ce qui représente une hausse de 2% par rapport au niveau atteint à la mi-2009.

Un autre facteur semble également entrer en ligne de compte : les entreprises américaines affichant des excédents de trésorerie en dehors des États-Unis cherchent à éviter l'imposition qui résulterait du rapatriement des fonds. Elles choisissent donc d'employer cet argent à l'acquisition de sociétés à l'étranger.

Les

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant