OPA : les grands projets se multiplient, les échecs aussi

le
0

L'audace de Patrick Drahi, qui a réussi à lever plus de 10 milliards d'euros de dette bancaire pour que Numericable qu'il préside parvienne à racheter SFR à Vivendi, est contagieuse. Son succès sur le marché français des opérateurs télécom n'est sûrement pas étranger à la décision de

Xavier Niel de lancer Free, lui, à l'assaut du marché américain de la téléphonie mobile.  Mais, ce qui semblait un audacieux coup de poker (33 dollars par action T-Mobile US) voué à l'échec face à l'offre concurrente (40 dollars par action) de Sprint est soudain devenu un projet à la réussite désormais plus probable. 

Mercredi, l'opérateur américain, appuyé par le japonais Softbank, jetait,en effet, l'éponge. Les dirigeants de Sprint ont compris que le régulateur américain des télécom (FCC) ne pourrait pas donner sa bénédiction à un mariage avec T-Mobile US, qui aurait réduit de quatre à trois le nombre d'opérateurs aux États-Unis.
(lerevenu.com) -
L'offre d'Iliad-Free porte sur 15 milliards de dollars (11,2 milliards d'euros) pour racheter à Deutsche Telekom 56% du capital de sa filiale T-Mobile US, quatrième opérateur américain après AT&T, Verizon et Sprint. La partie n'est pas encore gagnée. Xavier Niel doit trouver un partenaire pour reprendre une autre partie de T-Mobile US à l'opérateur allemand qui ne souhaite pas en conserver plus de 10%. Mais, surtout, Deutsche Telekom voudrait que Free améliore son offre de 2 milliards

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant