Onze blessés dans une attaque au couteau dans une université de l'Ohio

le
0
    CLEVELAND, Ohio, 29 novembre (Reuters) - Onze personnes ont 
été blessées lundi dans une attaque à la voiture et au couteau à 
l'Ohio State University, à Columbus, avant que l'unique suspect, 
un étudiant d'origine somalienne, ne soit abattu par la police. 
    La piste terroriste n'est pas exclue à ce stade, ont annoncé 
un parlementaire américain ainsi qu'une seconde source 
gouvernementale. 
    Le suspect, Abdul Razak Ali Artan, a été tué par un policier 
qui travaillait sur le campus, après avoir foncé en voiture sur 
un groupe de personnes avant d'attaquer ses victimes avec un 
couteau de boucher, a annoncé Monica Moll, directrice de la 
sécurité de l'établissement. 
    Originaire de Somalie, Abdul Razak Ali Artan était doté d'un 
titre de séjour en règle, selon deux sources gouvernementales. 
Le chef de la police de l'université rapporte qu'il était âgé de 
20 ans. 
    Seul un des onze blessés souffre de blessures graves, ont 
précisé les pompiers de Columbus. Une porte-parole de l'hôpital 
universitaire où a été conduite cette personne a annoncé lundi 
soir que la vie d'aucune des victimes n'était en danger. 
    Selon le représentant démocrate Adam Schiff, membre de 
l'Intelligence Committee de la Chambre des représentants, les 
agences de renseignement participent à l'enquête. 
    "Cela porte les marques d'une attaque terroriste menée par 
quelqu'un qui aurait pu se radicaliser seul", a-t-il déclaré 
dans un communiqué. 
    Un autre responsable qui a requis l'anonymat a dit à Reuters 
qu'aucun lien avec une organisation terroriste n'avait encore 
été clairement établi. 
    Le journal de l'université, la "Lanterne", a publié lundi 
sur son site une interview publiée en août du jeune homme, 
étudiant en troisième année en gestion logistique. 
    Il y évoque son changement d'université (il étudiait 
précédemment au Columbus State Community College, dans la même 
ville) et compare défavorablement les infrastructures offertes 
aux étudiants musulmans. 
    "Nous avions des salles de prière, de vraies salles où nous 
pouvions aller prier, car en tant que musulmans nous devons 
prier cinq fois par jour", déclarait-il selon le journal. 
    L'étudiant dit également craindre de prier devant tout le 
monde: "Je voulais prier en plein air, mais j'avais un peu peur 
avec tout ce qui circule dans les médias."  
 
 (Alex Dobuzinskis; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant