Onu-Trump parle budget aux ambassadeurs au Conseil de sécurité

le
0
    WASHINGTON, 24 avril (Reuters) - Donald Trump a estimé lundi 
que les Etats-Unis supportaient une part trop lourde du budget 
des Nations unies tout en estimant qu'une modification du 
fonctionnement de l'Onu pourrait rendre l'investissement 
valable. 
    Le président des Etat-Unis, qui estime également élevée la 
participation de son pays au financement de l'Otan, a fait part 
de sa préoccupation aux ambassadeurs au Conseil de sécurité de 
l'Onu qu'il a invités à déjeuner à la Maison blanche. 
    "Si nous faisons du bon travail, la question du budget sera 
beaucoup moins importante pour moi, parce qu'il s'agit là d'une 
bagatelle en comparaison du travail important que vous faites", 
a déclaré Donald Trump aux représentants des 15 pays membres du 
Conseil de sécurité. 
    Les Etats-Unis sont le contributeur le plus important au 
budget des Nations unies : ils participent à hauteur de 22% du 
budget ordinaire (2016-2017) de 5,4 milliards de dollars (5 
milliards d'euros) et à hauteur de 28,5% au budget de 7,9 
milliards de dollars des opérations de maintien de la paix. 
    Pour Donald Trump, la contribution américaine n'est "pas 
équitable". Il souhaite notamment que la quote-part des 
Etats-Unis au budget des opérations de maintien de la paix soit 
plafonnée à 25%. 
    "Il faut que les Etats membres soient d'accord pour éliminer 
les pratiques non efficientes et s'assurent qu'aucun pays ne 
supporte une part disproportionnée du fardeau", a déclaré le 
chef de la Maison blanche. 
    L'Assemblée générale des Nations unies négociera dans les 
prochains mois le budget ordinaire pour 2018-2019 et le budget 
des opérations de maintien de la paix pour la période du 1er 
juillet 2017 au 30 juin 2018. 
    Les Etats-Unis doivent 896 millions de dollars au budget 
ordinaire des Nations unies, indiquent des responsables 
onusiens. 
    Les Etats-Unis sont aussi en train de réévaluer 16 missions 
de casques bleus dont le mandat annuel vient à renouvellement 
devant le Conseil de sécurité, toujours dans l'idée de réduire 
les coûts. 
 
 (Steve Holland; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant