Onu-Promesse collective d'accueillir 360.000 réfugiés en 2016

le
0
    NATIONS UNIES, 21 septembre (Reuters) - Une cinquantaine de 
pays ont fait la promesse d'accueillir quelque 360.000 réfugiés 
en 2016, doublant le nombre de places accordées par rapport à 
2015 lors d'un sommet organisé par Barack Obama, a annoncé mardi 
l'émissaire américaine auprès des Nations Unies. 
    Ce chiffre ne couvre "qu'une fraction" des besoins 
d'accueil, le Haut Commissariat des Nations unies pour les 
réfugiés (HCR) estimant à 1,2 million le nombre de réfugiés 
déplacés, a dit l'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, 
Samantha Power. 
    "La vaste majorité des réfugiés sont accueillis par 
seulement 10 pays", a déclaré le président américain, Barack 
Obama, jugeant que la crise migratoire était un test pour la 
communauté internationale. 
    La participation au sommet était conditionnée à 
l'acceptation de ces promesses d'accueil. 
    "Nous devons admettre que les réfugiés sont le symptôme 
d'échecs plus larges, qu'il s'agisse de guerre, de tensions 
ethniques ou de persécutions", a-t-il ajouté. 
    Plus de 50 pays et organisations participant au sommet ont 
augmenté leurs contributions financières aux groupes 
humanitaires ainsi qu'à l'Onu de 4,5 milliards de dollars cette 
année, a-t-il ajouté. 
    Les participants ont également promis d'assurer la 
scolarisation d'un million supplémentaire de réfugiés dans le 
monde entier, a rapporté l'ambassadrice américaine. 
    "Comme nous l'avons vu dans le passé, les pays ont la 
mauvaise habitude de (...) faire des promesses et de ne pas les 
tenir", a-t-elle dit, ajoutant: "Nous devons faire mieux cette 
fois." 
    Avant le sommet, le président américain a rencontré des 
chefs d'entreprises et a obtenu d'eux la promesse de plus de 650 
millions de dollars à destination des réfugiés. 
 
 (Michelle Nichols; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant