Onu-Les Palestiniens veulent supprimer un obstacle à la paix

le
0
    par Louis Charbonneau 
    NATIONS UNIES, 13 avril (Reuters) - Le projet palestinien de 
résolution condamnant les colonies de peuplement israéliennes à 
Jérusalem-Est et en Cisjordanie a été présenté aux délégations 
arabes à l'Onu, a indiqué mardi le représentant de l'Autorité 
palestinienne aux Nations unies. 
    Les colonies israéliennes sont un obstacle majeur sur le 
chemin de la paix, a fait valoir devant les journalistes Riyad 
Mansour, l'observateur permanent palestinien auprès des Nations 
unies. Avec ce projet de texte, il s'agit de "garder l'espoir 
vivant", a-t-il dit, et de soutenir en parallèle la démarche de 
la France qui cherche à relancer les négociations de paix. 
    Washington avait mis son veto en février 2011 à une 
résolution similaire condamnant les colonies israéliennes de 
crainte qu'elle n'entrave les négociations de paix qui se 
tenaient à l'époque, a rappelé Riyad Mansour, mais, aujourd'hui, 
souligne-t-il, il n'y a plus de négociations de paix. 
    En bloquant la résolution, les Etats-Unis avaient d'ailleurs 
souligné qu'il ne fallait pas prendre leur opposition comme un 
soutien aux colonies de peuplement. 
    Le président palestinien Mahmoud Abbas sera à New York la 
semaine prochaine pour signer l'accord de Paris sur le climat. 
Il devrait y rencontrer le président français François Hollande 
pour vraisemblablement discuter du projet de résolution 
palestinien, indiquent des diplomates.  
    Les Etats-Unis étant en année électorale et donc pas près de 
relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes qui ont 
pris fin en 2014, la France a repris le flambeau et cherche à 
organiser une conférence qui permettrait de ramener Israéliens 
et Palestiniens à la table des négociations. 
    L'Egypte, seul pays arabe des 15 membres du Conseil de 
sécurité, n'a pas pour l'instant officiellement présenté le 
texte palestinien. 
    La semaine dernière, l'ambassadeur d'Israël aux Nations 
unies Danny Danon a réagi vivement à ce projet de résolution. 
    "Les Palestiniens doivent comprendre qu'il n'y a pas de  
route alternative", a-t-il dit dans un communiqué. "La seule 
façon de promouvoir les négociations commence par une 
condamnation de leur part du terrorisme et qu'ils cessent d'y 
inciter et se terminera par des négociations directes entre les 
deux parties." 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant