Onu-Le Conseil de sécurité approuve l'accord sur le nucléaire iranien

le
0

(Précisions, réactions) par Michelle Nichols NATIONS UNIES, 20 juillet (Reuters) - Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé lundi l'accord conclu il y a six jours à Vienne sur le nucléaire iranien mais a souligné qu'il pourra imposer de nouveau des sanctions à Téhéran si la République islamique ne respecte pas ses engagements durant les dix années à venir. La résolution a été approuvée à l'unanimité par les quinze membres du Conseil. Elle tire un trait sur les sanctions adoptées dans le cadre des sept résolutions précédentes liées au programme nucléaire iranien mais prolonge l'embargo sur les armes conventionnelles de cinq ans et celui sur les technologies balistiques de huit ans, conformément aux dispositions de l'accord de Vienne. Le texte précise qu'aucune sanction ne sera levée tant que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'aura pas remis au Conseil de sécurité un rapport confirmant que Téhéran a bien pris certaines mesures prévues par l'accord de Vienne. Cet accord va rendre le monde "plus sûr", a déclaré la représentante des Etats-Unis à l'Onu, Samantha Power. "Mais cela ne change rien à nos profondes inquiétudes sur les violations des droits de l'homme commises par le gouvernement iranien ou sur l'instabilité que l'Iran alimente (...) en soutenant des groupes terroristes et en menaçant Israël", a-t-elle ajouté. L'ambassadeur d'Iran aux Nations unies, Gholamali Khoshroo, a rejeté ces accusations qu'il a jugées sans fondement. "Le pays qui a envahi deux pays de notre région et créé le terrain favorable à l'expansion du terrorisme et de l'extrémisme n'est pas le mieux placé pour lancer de telles accusations contre l'Iran", a-t-il dit. "INACCEPTABLE", POUR LES GARDIENS DE LA RÉVOLUTION En Iran, le commandant en chef des gardiens de la Révolution, Mohammed Ali Jafari, a jugé "inacceptable" cette résolution du Conseil de sécurité. "Certaines parties du texte franchissent clairement les limites posées par la République islamique, notamment sur les capacités militaires de l'Iran. Nous ne l'accepterons jamais", a-t-il dit à l'agence de presse Tasnim. L'Union européenne a également approuvé lundi l'accord sur le nucléaire iranien. Face au scepticisme du Congrès des Etats-Unis et à l'hostilité d'Israël, les ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont souligné dans un communiqué que cet accord, conclu après des mois de difficiles négociations et douze années de tensions, était le meilleur choix possible. Le Congrès américain, pour sa part, a reçu le texte dimanche soir et a soixante jours pour approuver l'accord ou le rejeter. L'Iran et les grandes puissances du groupe P5+1 (Etats-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) ont conclu le 14 juillet un accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Cet accord, dont les grandes lignes avaient été fixées dans un premier texte le 2 avril, encadrera le programme nucléaire de Téhéran pendant au moins dix ans en échange de la suspension progressive des sanctions économiques qui pèsent sur l'économie du pays et notamment sur ses exportations pétrolières. (Avec Bozorgmehr Sharafedin, Robin Emmott et Francesco Guarascio; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant