Onu-Après l'échec français, un projet néo-zélandais sur la Syrie

le
0
    par Michelle Nichols 
    NATIONS UNIES, 13 octobre (Reuters) - La Nouvelle-Zélande a 
déposé mercredi auprès du Conseil de sécurité des Nations unies 
un projet de résolution demandant un arrêt des attaques sur les 
civils en Syrie, et en particulier des frappes aériennes à Alep, 
quelques jours après l'échec d'un texte similaire. 
    Samedi à l'Onu, la Russie a opposé son veto au projet de 
résolution d'inspiration française réclamant l'arrêt des 
bombardements et l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne 
à Alep, tandis qu'un texte concurrent déposé par Moscou a échoué 
à obtenir le minimum de neuf voix favorables nécessaires. 
  
    Consulté par Reuters, le projet de résolution néo-zélandais 
réclame un "arrêt des attaques susceptibles d'aboutir à la mort 
de civils, de blesser des civils ou de détruire des biens 
civils, en particulier celles menées par voie aérienne à Alep". 
    Le projet de résolution devrait être évoqué jeudi lors d'un 
déjeuner entre les envoyés du Conseil et le secrétaire général 
de l'Onu, Ban Ki-moon, précisent des diplomates, ajoutant qu'un 
vote pourrait avoir lieu d'ici une semaine. 
    "Etant donné le niveau de massacre et de destruction qui est 
en cours, simplement abandonner ne nous paraît pas (être) un 
plan d'action acceptable", a déclaré le représentant 
néo-zélandais à l'Onu, Gerard van Boheme. 
    Les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et 
américaine John Kerry participeront samedi à Lausanne à une 
réunion sur la Syrie, afin d'examiner de possibles mesures pour 
parvenir à un règlement du conflit, a annoncé mercredi le 
ministère russe des Affaires étrangères.   
 
 
 (Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant