OneWeb s'appuie sur Airbus Group et Arianespace pour son projet d'internet de l'espace

le
0
OneWeb s'appuie sur Airbus Group et Arianespace pour son projet d'internet de l'espace
OneWeb s'appuie sur Airbus Group et Arianespace pour son projet d'internet de l'espace

La constellation OneWeb de Greg Wyler, destinée à diffuser de l'internet à prix abordable depuis l'espace, a dessiné ses contours avec une importante levée de fonds, notamment auprès d'Airbus, et le lancement de ses satellites confiés à Arianespace.La start-up a annoncé jeudi à Londres avoir levé 500 millions de dollars auprès de grands groupes internationaux, dont Airbus Group, l'opérateur satellitaire et numéro un mondial Intelsat, le concepteur américain de puces électroniques Qualcomm, Coca-Cola et le groupe Virgin de l'homme d'affaires Richard Branson.Elle a également passé contrat avec Arianespace pour lancer 672 des 900 satellites de la constellation OneWeb d'ici 2019, un record pour le lanceur européen."Le rêve de combler totalement le fossé numérique est en voie de devenir une réalité en 2019", s'est félicité Greg Wyler. "Nous sommes déterminés à résoudre l'un des plus grands problèmes du monde - permettant l'accès à Internet haut débit abordable pour tout le monde".L'objectif de OneWeb est de développer un réseau mondial de satellites afin de fournir une connectivité à haut débit et de faible latence sur l'ensemble de la planète.Cela passe par une constellation de microsatellites à faible altitude afin de réduire le temps de latence et obtenir une qualité équivalente à celle de la fibre.Ils seront lancés par Arianespace, qui réalise là son plus important contrat et se positionne dans la course aux constellations, une grande partie du marché des lancements dans les années à venir."C'est évidemment le contrat le plus important jamais signé par Arianespace", a commenté le PDG d'Arianespace Stéphane Israël.Le contrat porte sur 29 lancements dont 21 fermes et pourrait faire de OneWeb "le premier client d'Ariane 6", le futur lanceur européen qui doit remplacer l'actuelle Ariane 5 à l'horizon 2020, a-t-il assuré.Selon lui, l'ordre de grandeur du contrat est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant