Ondes: il vaut mieux réduire son exposition, même sans risque avéré

le
0
Ondes: il vaut mieux réduire son exposition, même sans risque avéré
Ondes: il vaut mieux réduire son exposition, même sans risque avéré

L'agence nationale sanitaire (Anses) a recommandé mardi de réduire l'exposition aux ondes électromagnétiques, principalement celles de téléphones portables, même si les données scientifiques disponibles ne permettent pas d'établir d'impact avéré sur la santé.Les préconisations de l'Anses visent en particulier les enfants, à qui l'utilisation de téléphones portables est déconseillé, et les utilisateurs intensifs (à partir de 30 à 40 minutes par jour), qui sont invités à utiliser des kits mains libres.Pour les enfants, "l'utilisation d'un téléphone portable en mode conversation est déconseillée", a-t-il affirmé. "Leur cerveau est plus exposé, en raison d'une boîte cranienne moins épaisse", a expliqué Martine Hours, présidente du comité des experts sur les radiofréquences.Les conclusions présentées par l'agence - fruit de deux ans de travaux d'analyse de plus de 300 études au niveau international - "ne mettent pas en évidence d'effet sanitaire avéré" mais "font apparaître, avec des niveaux de preuve limités, différents effets biologiques".Un effet biologique est une modification de l'organisme sans qu'elle soit synonyme de pathologie. "La dilatation ou la rétractation de la pupille en fonction de l'éclairage ou le changement de la couleur de la peau exposée au soleil sont des effets biologiques", explique Dominique Gombert, directeur de l'évaluation des risques à l'Anses.Les effets biologiques constatés sur l'homme ou l'animal ont concerné les performances cognitives (orientation par exemple), le sommeil (modification de l'encéphalogramme) et la fertilité masculine (modification des paramètres cellulaires de spermatozoïdes).En raison d'interrogations sur les tumeurs cérébrales, l''Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé en mai 2011 que l'usage des téléphones portables devait être considéré comme "peut-être cancérogène pour l'homme". ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant