« On va voir du Français »

le
0
« On va voir du Français »
« On va voir du Français »

Sainte-Marie-du-Mont (Manche) De l'un de nos envoyés spéciaux

Il est arrivé sans encombre en bord de plage. Thibaut Pinot a prudemment terminé au sein du peloton la première étape. Une bonne chose pour le coureur de… ans dont on attend beaucoup pour son 5e Tour. Le champion de France du chrono, qui a quitté sa copine et sa famille avec un « pincement au coeur » en milieu de semaine, fait le point sur sa vision de cette édition 2016. Avec toujours la même simplicité.

Comment avez-vous traversé cette première étape marquée par plusieurs chutes ?

THIBAUT PINOT. Franchement, je suis soulagé. J'ai eu la trouille toute la journée. Mais demain (NDLR : aujourd'hui), ça sera encore plus tendu...

Vous redoutez les premiers jours ?

Comme tous les favoris. On craint tous la chute parce qu'on ne la maîtrise pas. C'est un peu du hasard. On a toujours peur. A la télé, on ne ressent pas la nervosité du peloton. Mais, à 50 km/h, à un centimètre des autres guidons, le moindre coup de patin, c'est trente mecs par terre. Pour le comprendre, il faut le vivre.

Qu'est-ce qui fait la difficulté de ce Tour ?

Déjà la dernière semaine, qui est quand même très dure. Après, ce qui fait son charme, c'est déjà qu'on n'a pas de pavés ! (Rires.) Ça, c'est pas mal. Ensuite, on aura vraiment des belles étapes de montagne, comme j'aime. Et puis, c'est bien qu'on arrive dans les premières difficultés au bout de cinq jours. Ça aide aussi.

L'objectif minimum, c'est le top 5 ?

Oui. Après, on verra. Une victoire d'étape me plairait beaucoup parce que c'est une joie particulière.

Entre Froome, Quintana et Contador, qui se détache ?

Contador a le don d'attaquer là où on ne l'attend jamais. Ça fait sa force. Quintana m'a aussi épaté certaines fois. Froome, on a vu au Dauphiné qu'il était encore très fort. Pour moi, il reste le gros favori.

Votre première partie de saison vous permet-elle d'arriver dans les meilleures ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant