On soigne de mieux en mieux les cancers

le , mis à jour à 09:58
0
On soigne de mieux en mieux les cancers
On soigne de mieux en mieux les cancers

Contre le cancer, la lutte porte ses fruits et il n'y a pas de fatalité ! Car même quand, par malheur, le mot tombe comme un couperet, on vit de plus en plus longtemps après avoir eu un cancer. C'est le cas pour les plus fréquents (prostate, côlon, sein). Mais pas seulement. Pour le cancer de la thyroïde, des testicules ou le mélanome, on peut même aujourd'hui caresser l'espoir d'être considéré comme guéri, tant l'espérance de vie est désormais — statistiquement — élevée au-delà de dix ans après la déclaration de la maladie.

C'est le résultat plutôt rassurant de la troisième édition d'une vaste enquête publiée hier par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Institut national du cancer (Inca). Travaillant sur 53 types de cancer, ils ont constaté qu'à l'exception, notamment, du cancer de la vessie et de celui du col de l'utérus, l'espérance de vie s'est nettement améliorée. « Même si ce n'est pas satisfaisant, c'est très encourageant », note le docteur Jérôme Viguier, directeur du pôle santé publique et soins à l'Inca.

Ces années de vie gagnées, les patients les doivent d'abord et avant tout à un dépistage plus précoce et donc à une prise en charge plus rapide, moins lourde et plus efficace : « C'est le cas notamment pour le cancer de la prostate. Aujourd'hui, le dépistage n'est pas recommandé de manière systématique, mais près de 60 % des hommes y ont recours, souligne le docteur Jérôme Viguier. C'est grâce à cela qu'on atteint un taux de survie des patients désormais de 94 %, soit un gain de 22 points. » On peut donc vraiment parler de guérison.

Dépistages précoces et nouveaux traitements

Si le dépistage précoce reste la première arme anticancer, l'arrivée de nouveaux traitements comme les anticorps monoclonaux, il y a une dizaine d'années, ont permis aussi de notables progrès en matière de cancer du sein. Une innovation qui s'est révélée majeure pour environ 15% de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant