« On se doit d'être fraternels »

le
0

Sur la place de l'église, face à l'écran géant qui retransmet la messe, Laïla, 32 ans, pose la main sur l'épaule de sa grande sœur Adjou, 43 ans. Elles sont émues. Toutes deux ont grandi à Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelques encablures de l'édifice ensanglanté. « On est là pour l'union avant tout », résument-elles. A l'instar de ces deux musulmanes, plusieurs dizaines d'ambassadeurs de l'islam ont tenu à faire part de leur solidarité. Au cœur de la procession, l'archevêque de Rouen M gr Lebrun a eu un mot pour eux : « Chers amis de confession musulmane, soyez particulièrement les bienvenus... »

 

Devant le portail de l'édifice, Haizia, 73 ans, n'arrive toujours pas « à croire que ce drame ait pu avoir lieu ». « Cela fait cinquante ans que j'habite ici, je n'avais jamais vu de haine jusqu'à l'assassinat du père Hamel. Aujourd'hui encore, je suis peinée », décrit-elle. « Sans parler de religion, j'ai été touchée au cœur comme toute personne qui a de l'humanité », souligne, de son côté, Laïla, biologiste.

 

Partager la douleur

 

« Le vivre-ensemble, c'est ce qu'on veut, on va se battre pour y arriver, se battre aussi contre le mal », poursuit Adjou, commerçante. Avant le début de la cérémonie, son père à ses côtés, elle a embrassé la nièce du père Hamel. « Avec mon papa, on a alors pleuré, ça nous a fait chaud au cœur », lâche-t-elle.

 

El'Hamel, quadragénaire de nationalité algérienne, a aussi fait le déplacement. C'était une évidence. « On vit tous dans un même pays qui s'appelle la France, on se doit d'être fraternels », martèle ce sans-emploi. Il habite le même lotissement que l'un des deux « barbares » qui a pris la vie de l'abbé octogénaire. « Dès que je pourrai, j'irai me recueillir dans l'église pour la mémoire du père Hamel. Ma religion m'autorise à y faire ma prière », explique-t-il. Kader, retraité, tient à partager la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant