« On répondra présent quoi qu'il arrive »

le
0
« On répondra présent quoi qu'il arrive »
« On répondra présent quoi qu'il arrive »

La pression sur les épaules de ces jeunes Bleus est énorme. Cette équipe de France, qui a pu se préparer dans d'excellentes conditions grâce à la convention passée entre la Fédération et la Ligue (voir ci-dessus), est attendue au tournant de ce mois de novembre avec trois tests en quinze jours.

 

« C'est vrai qu'il y a davantage de pression autour de nous, parce que les rencontres vont avoir lieu sur le sol français et qu'on va être beaucoup plus regardés », concède Jefferson Poirot, le pilier de l'Union Bordeaux-Bègles. Le premier match, demain face aux Samoa, est peut-être le plus important car il donnera le ton. Interdit de se louper. Après une année de logique découverte, et une tournée d'été en Argentine globalement réussie (1 victoire, 1 défaite), ce groupe doit désormais montrer qu'il maîtrise son sujet.

 

« Ces trois matchs de novembre vont être bien plus importants que nos rencontres en Argentine, pointe Jefferson Poirot. En Argentine, c'était une tournée d'été de fin de saison, alors que, là, c'est un début de saison et c'est déjà le Tournoi qui se profile. »

 

Il faut à tout prix bien lancer ce nouvel exercice. Et, comme en club, les premiers résultats annoncent souvent ce que sera la suite. « On répondra présent quoi qu'il arrive, assure Kevin Gourdon, troisième ligne aile des Bleus et du Stade rochelais. De toute façon, la pression, elle est tout le temps là. Tout le monde attend toujours qu'on gagne. C'est normal. Et comme nous le dit souvent Guy (NDLR : Novès, le sélectionneur) pour dédramatiser, en face ils ont deux bras et deux jambes comme nous. »

 

Pour alléger un peu l'atmosphère, ces Bleus peuvent compter sur un groupe qui commence désormais à bien se connaître. Et où tout semble aller comme sur des roulettes. « On peut rester un mois tous ensemble sans aucun souci », confie Kevin Gourdon. « Il y a quelque part comme un esprit club, ajoute Jefferson Poirot. On ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant