«On regarde les bombardements à la télévision et on pleure tout le temps»

le
0
REPORTAGE - Des milliers d'habitants de la ville syrienne de Homs, soumise à des bombardements quotidiens, ont trouvé refuge de l'autre côté de la frontière, au Liban.

Pendant les longues années de la guerre civile au Liban, la Syrie avait souvent constitué un refuge pour les Libanais fuyant les combats. La situation est aujourd'hui inversée et c'est au tour des Syriens de se réfugier dans le pays voisin. Le calvaire de Homs, soumise depuis plus de trois semaines aux bombardements intenses des forces gouvernementales syriennes, déterminées à faire un exemple sanglant en punissant la ville rebelle, a déclenché la fuite de nombreux habitants vers le Liban.

Dans le Akkar, massif montagneux au nord de Tripoli, les villages frontaliers ont vu ces derniers mois affluer les ressortissants du pays voisin. Quelque 5600 Syriens se seraient déjà réfugiés au Liban, selon les Nations unies, mais ce chiffre pourrait être trois fois plus élevé, beaucoup ne se faisant pas enregistrer à leur arrivée. Le gouvernement libanais de Najib Mikati, millionnaire sunnite mais proche de la Syrie, soutenu par un Hezbollah inféodé à Damas, n'inspire pas la c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant