«On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre !»

le
0
«On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre !»
«On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre !»

A la tête de Randstad France depuis 2009, François Beharel, 43 ans, appelle à plus de souplesse sur le marché du travail. « Il faut aller plus vite, plus fort, plus loin », estime le président du numéro deux de l'intérim dans l'Hexagone lors d'un entretien accordé au «Parisien Economie».

«Le chômage a stagné en mars puis est reparti à la hausse en avril. Qu'en pensez-vous??

On ne peut que se réjouir d'un ralentissement de la croissance du chômage. Mais, malheureusement, il n'y a pas d'inversion de la courbe?! Pour créer des conditions de retour à la création d'emploi, il faudrait une croissance du PIB supérieure à 1,5?%. Le marché du travail dans l'Hexagone est très contraignant pour les entreprises. A cela s'ajoutent des cycles économiques de plus en plus courts et de plus en plus accidentés. Dans ces conditions, il faut beaucoup de vertu aux entreprises pour se risquer à embaucher massivement.

Comment se comporte l'intérim??

Il était en mars à - 2?% contre - 2,7?% en janvier selon le baromètre Prism'emploi. Malgré un léger mieux, il reste donc clairement à la baisse? L'intérim étant un des premiers indicateurs de la situation de l'emploi, les perspectives méritent prudence.

Quel est le profil type de l'intérimaire??

A 72?%, c'est un homme et, à 45?%, il a moins de 35 ans. Il est jeune et faiblement diplômé. Outre un salaire, l'intérim lui permet très souvent de se former. D'ailleurs, 20?% des intérimaires trouvent un emploi durable en moyenne au bout d'un an. Il faut aussi savoir que pour 10?% d'entre eux, c'est un choix de vie.

«Les entreprises veulent se battre à armes égales sur le marché mondial»

Quels sont les besoins des entreprises??

Elles veulent pouvoir se battre à armes égales avec leurs concurrents sur le marché mondial. Elles cherchent à augmenter leurs marges brutes et, pour cela, il leur faut davantage de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant