«On peut s'arranger»: quand les Français utilisent le «black» comme système D

le
0
Le recours au travail est de moins en moins tabou. Le bâtiment, la restauration et les services à la personne sont les secteurs les plus touchés. Une économie «grise» qui représente entre 4 et 10% du Produit intérieur brut (PIB).

«Ça vous dérangerait si, désormais, je vous payais la moitié de vos heures de la main à la main?» Bertrand était un peu gêné quand il a posé la question à sa femme de ménage. Mais, à la rentrée de septembre, il a fait ses comptes: «Avec les charges, je n'avais pas le choix», explique-t-il. Mais il ne s'attendait certainement pas à la réaction de son employée qui... a éclaté de rire: «Vous étiez le dernier de mes employeurs à me déclarer à 100 %!»

Bertrand et sa femme de ménage ont basculé dans l'économie grise. Combien sont-ils aujourd'hui dans ce cas à franchir le pas des petits arrangements avec la loi et les règles fiscales? Au comptoir des cafés, le débat est tranché: «Tout le monde vous le dira! Du «black», il y en a de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant