«On peut exister politiquement sans avoir de candidat pour 2012»

le
0
INTERVIEW - Gabriel Cohn-Bendit prône une primaire élargie à l'ensemble de l'opposition à Sarkozy, allant de Bayrou à Besancenot.

La candidature d'Eva Joly prend-elle l'eau?

Gabriel Cohn-Bendit - Disons que le consensus qu'il y avait un moment n'est plus aussi vrai…

Justement, Nicolas Hulot hésite à se lancer. Êtes-vous de ceux qui l'encouragent à le faire?

Il a une vraie légitimité à être un candidat écolo. Mais, pour moi, la question n'est pas d'avoir un bon pote au premier tour, c'est d'avoir quelqu'un pour qui on puisse voter au second…

En 2007, les grands partis ont tous signé son «pacte». Une candidature écolo en 2012 a-t-elle encore un sens?

Je pense qu'on peut exister politiquement sans avoir un candidat à la présidentielle. En 2007, Hulot, en faisant signer son pacte, a été utile. Comme l'attestent le grand ministère de l'Écologie et le Grenelle de l'environnement. À l'inverse, le fait d'avoir eu une candidate, comme Dominique Voynet qui a fait 1,57%, n'a pas été probant. Le problème de la présidentielle, c'est qu'il faut être le premier ou le deuxième. Il n'y a pas de triangu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant