On peut construire avec des briques recyclées issues de déchets industriels

le
1

Des architectes néerlandais s’appuient sur une start-up locale pour construire le premier bâtiment en brique recyclée à partir de déchets industriels. Explications.

La jeune pousse néerlandaise StoneCycling ne manque pas d’humour. Spécialisée dans la fabrication de briques à partir de matériaux industriels recyclés, elle nomme ses différents produits: nougat, aubergine, salami tranché ou encore caramel, champignon et wasabi. Il fallait bien cet effort pour rendre pour rendre plus désirable un produit réalisé à partir de déchets et destiné à constituer les murs de nos maisons.

D’ailleurs sur son site, elle n’en dit pas beaucoup plus sur la véritable composition de ses briques, se contentant de préciser qu’elles sont produites dans le sud des Pays-Bas, à base de déchets industriels notamment issus du bâtiment: verre, céramique, produits d’isolation, briques et gravats collectés à moins de 150 km de l’usine. La recette précise de chaque type de brique, l’entreprise «préfère la garder secrète», mais peut être dévoilée sur demande. De savants mélanges que la jeune société a passé quelques années à peaufiner jusqu’à pouvoir désormais les utiliser en grandeur nature.

Pas d’exportation lointaine

C’est en utilisant cette étonnante matière première que deux architectes néerlandais vont construire à Rotterdam le premier bâtiment en briques recyclées, repéré par le site FastCoExist. Leur cabinet Architectuur Maken travaille simultanément sur un autre projet d’extension d’une maison de vacances sur une île proche d’Utrecht. De son côté, StoneCycling est en discussion avec des architectes de nombreux pays pour multiplier ce genre d’expériences. Pas question pour le moment d’envisager des exportations lointaines peu cohérentes avec ce genre de projet écologique. Il s’agirait à chaque fois de s’appuyer sur des filières locales de recyclage de déchets afin de limiter les transports et conserver un bon bilan carbone pour ce genre d’opération.

La société Stonecycling essaie également de travailler avec les entreprises de démolition afin de récupérer des déchets mieux triés donc plus facilement exploitables. Autre piste d’avenir qu’elle développe: des briques qui peuvent se coller les unes aux autres sans utiliser de ciment. Une technologie qui permet, là encore, un recyclage plus facile lorsque l’on démolit le bâtiment.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.debarg il y a 7 mois

    je vais faire car mon message est indésirable , surtout pas ce genre de truc !!!!!