«On passe notre temps à courir après les condamnés»

le
0
REPORTAGE - Les fonctionnaires d'un tribunal parisien, chargés de suivre l'application des sanctions, témoignent de la difficulté de localiser des condamnés mobiles et ayant parfois commis de nouveaux délits. » Exécution des peines : les failles mises à nu

Neuf heures du matin, dans un grand tribunal de région parisienne, le téléphone sonne au pôle d'exécution des peines. Que faire de cet homme arrêté le dimanche pour conduite en état d'ivresse, sans permis et condamné un an plus tôt à un sursis avec mise à l'épreuve doublé d'une obligation de soin qu'il n'a jamais suivi? Le parquetier de permanence, l'un des trois magistrats dévolus à l'exécution des peines, active ses fichiers informatiques lui permettant de faire le point sur le pedigree de l'homme: le casier judiciaire, Cassiopée, et le fichier national récapitulant la chaîne pénale notamment lui permettent de faire un rapide état des lieux.

L'homme apparaît six fois depuis 2007 pour les même...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant