« On nous regarde avec envie » La santé

le , mis à jour à 07:00
0
« On nous regarde avec envie » La santé
« On nous regarde avec envie » La santé

C'est un signe. L'astronaute Claudie Haigneré a vu le jour en 1957, l'année du traité de Rome et de la création de la Communauté économique européenne (CEE). « Je suis née sous les bonnes étoiles de l'Europe », résume-t-elle. Une Europe envers qui elle exprime de « la passion  » et qui lui a offert un destin exceptionnel aux « multiples vies  ». Sous l'impulsion d'Etats du Vieux Continent rassemblés au sein de l'Agence spatiale européenne (ESA), elle est en effet devenue, en 2001, la première femme européenne à prendre pied à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Des projets spatiaux ambitieux

« J'ai ainsi participé à une magnifique aventure humaine et scientifique », s'enthousiasme cette pionnière, médecin rhumatologue de formation, docteur en neurosciences et aujourd'hui conseillère auprès du directeur général de l'ESA. En 2004, dans le gouvernement Raffarin, elle a exercé, un an durant, les fonctions de ministre déléguée... aux Affaires européennes. « Je suis une pratiquante de l'Europe, j'y crois ! » martèle-t-elle. Grâce à la coopération des 22 pays membres de l'organisation intergouvernementale ESA, d'ambitieux projets ont pu décoller vers l'espace. Et de citer des satellites de télécommunication, des lanceurs Ariane, des programmes d'exploration « habités » ou « automatiques ». Mais aussi la sonde Rosetta en orbite autour de la comète Tchouri. Des pérégrinations qui nourrissent « les rêves ». « On a cette superbe mission quand les Etats européens se regroupent pour aller plus loin. Il y a eu une belle synergie. Chaque nation séparément n'aurait pas pu faire Rosetta. On ne raconte pas assez le récit des succès européens », répète-t-elle. « L'Europe, c'est un héritage humaniste. Il faut arriver à lui construire un récit du XXIe siècle, un avenir. Le spatial est en ce sens un bel outil qui contribue à l'aventure du monde. On peut compter sur l'excellence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant