« On nous a proposé du 1,75 % à taux fixe  ! »

le
0

Un bras de fer, une guerre des nerfs. Face à leur banquier, Véronique et Louis Lévénez n'ont rien lâché. Leur pugnacité a payé. En appelant à la rescousse des banques concurrentes, ce couple de cadres franciliens a réussi, en fin d'année dernière, à renégocier son emprunt immobilier. Avec, à la clé, une jolie économie de plus de 20 000 €.

 

« Nous avions acheté un appartement à Floirac, une commune limitrophe de Bordeaux, en 2012 », raconte Véronique. Un investissement locatif de 146 500 € (hors frais de notaire) que ce couple finance entièrement par un prêt bancaire. Sans apport. C'est, à l'époque, BNP Paribas qui décroche le contrat. « Nous avions deux emprunts, le premier de 100 000 € à taux fixe de 3,80 % sur quatorze ans et le second de 50 000 € à taux variable de 2,20 % sur dix ans », précise Véronique Lévénez. Ayant entendu parler de la baisse des taux, le couple tente, fin 2015, d'obtenir un geste commercial de leur banquier. « Ils nous ont proposé un taux de 2,6 % mais ne voulaient pas revoir les conditions de l'assurance emprunteur », se souvient Véronique. Ce qui, de son point de vue, ne rendait pas l'opération suffisamment intéressante.

 

Plus motivée que jamais, Véronique contacte un premier courtier. « Quelqu'un qu'on nous avait conseillé, mais il n'a pas voulu de notre dossier. Il en avait d'autres, d'une valeur plus importante que le nôtre. Il nous a dit que cela ne valait pas le coup. Cela nous a surpris », raconte Véronique. Ni une ni deux, elle démarche les banques concurrentes. « Je suis allée voir dans deux autres réseaux et j'ai fait des simulations sur différents sites Internet », se remémore-t-elle. Avant de préciser : « On nous a proposé du 1,75 % en taux fixe ! » Un taux d'intérêt attractif, octroyé par le réseau LCL à la condition que le couple fasse quelques efforts. « Ils nous ont demandé de loger la moitié de nos revenus chez eux et, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant