"On ne pouvait pas ne pas ambiancer la CAN".

le
0
"On ne pouvait pas ne pas ambiancer la CAN".
"On ne pouvait pas ne pas ambiancer la CAN".

Après le refus du Maroc d'organiser la CAN, la 30e édition débute ce week-end en Guinée Equatoriale. L'occasion pour le groupe togolais Toofan, accompagné d'un collectif d'artistes venus de toute l'Afrique (Molar, Wizboy, Singuila, Fally Ipupa, Eddy Kenzo, Mani Bella et Arielle T.) de nous chanter l'amour, la solidarité et la passion du football dans le berceau de l'humanité. Hola Hola ! Master Just répond à nos questions.

Pourquoi un morceau pour la CAN ? Le football a toujours habité l'esprit de Toofan. Je vais commencer par vous dire qu'en 2005, quand nous avons créé le groupe avec Barabas (Blaise Mensah), nous avons composé une chanson pour supporter les Éperviers (le surnom de l'équipe nationale du Togo), "Épervier Ogbragada". Nous suivons beaucoup le football. En 2012, nous avions déjà écrit une chanson pour la CAN, "Africa Hoye". Donc on ne pouvait pas ne pas ambiancer la CAN 2015. Surtout que c'est déjà le trentième anniversaire de cette compétition. Le Togo ne participe pas à cette CAN, mais musicalement, il y est.
D'où est née la collaboration avec tous ces artistes ? Ce morceau réunit la crème de la musique africaine. C'est en fait la télévision qui nous a regroupés autour de ce projet. Au début de l'année 2015, Trace TV m'a appellé pour que je compose ce morceau. J'ai commencé à travailler sur l'instrumental aux États-Unis. Puis nous nous sommes tous réunis en Guinée Equatoriale dans le studio de Cano pour enregistrer les voix et réaliser les arrangements. En une semaine, le morceau était prêt.
Quel message délivre cette chanson ? Cette chanson célèbre la grandeur du football. Elle évoque aussi l'unité de l'Afrique. Vous savez, ici, le football réunit toutes les cultures, toutes les croyances. L'Afrique entière parle le même langage pendant la CAN. C'est une chanson qui parle de cette solidarité et de cette unité.
Quelle équipe supporterez-vous pendant cette CAN ? Nous supportons avant tout le football. Puisque le Togo ne participe malheureusement pas à cette édition de la CAN, nous avons une petite préférence pour la Guinée équatoriale. Mais dans le collectif, il y a des vrais supporters. Par exemple, Molare (Soumahoro Moriféré), qui vient de la Côte d'Ivoire, supporte les Éléphants.
Quelles sont les retombées économiques d'un tel morceau ? Déjà, il faut savoir que le système du piratage fait beaucoup de mal aux artistes africains. Il aide à faire la promotion du morceau mais il reste un problème. En 2005, nous avions vendu 30 000 exemplaires du single "Épervier Ogbragada" rien qu'au Togo.



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant