«On ne nous empêchera pas de débattre»

le
0
INTERVIEW - Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé défend la position de Christian Jacob sur le statut à vie des fonctionnaires face à François Fillon

LE FIGARO. - François Fillon vient de recadrer le débat sur les 35 heures. Regrettez-vous de l'avoir lancé?

Jean-François COPÉ. - Pas du tout. Je rappellerai simplement la règle du jeu: gouvernement et parti, chacun est dans son rôle. Celui de François Fillon est d'animer notre équipe gouvernementale, le mien est de le soutenir et de permettre à notre parti de débattre de tout, sans exclusive ni interdits. C'est ma feuille de route. Ce n'est pas moi qui vais empêcher le gouvernement de faire son travail, bien au contraire. Vous ne m'entendrez jamais dire d'une mesure du premier ministre qu'elle est inutile. En revanche, chacun peut librement avoir son avis sur l'action de l'autre sans que cela soit un drame.

Mais vous avez parlé de «jurisprudence burqa». Espérez-vous que l'exécutif change d'avis sur les 35 heures, comme il l'a fait sur la burqa?

La différence avec la burqa, c'est que le débat sur les 35 heures concerne le projet pour l'élection présiden

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant