On n'appelle pas assez le 15 en cas d'infarctus

le
0
Malgré les campagnes d'information, moins d'un Français sur deux a le réflexe d'appeler le Samu en cas de douleur vive dans la poitrine, selon une étude.

Peur de déranger, sentiment de ne pas être concerné, voire peur d'être malade: «Manifestement, la population ne fait pas encore le bon geste», a déploré mardi le Pr Martine Gilard, cardiologue au CHU de Brest, lors de la présentation d'une étude de l'observatoire européen Stent for Life.

Entre les premiers résultats «alarmistes» de la première édition de l'étude, en novembre 2010, et la seconde édition, un an plus tard, aucune progression des appels vers le 15 n'a été constatée de la part de malades souffrant de douleurs thoraciques.

L'observatoire a étudié tous les patients ayant présenté un infarctus du myocarde, pendant un mois, dans cinq départements pilotes (Côte-d'Or, Haute-Garonne, Nord, Haute-Savoie, Essonne). En 2011 comme en 2010, la très grande majorité des personnes victimes d'infarctus ont présenté des douleurs thoraciques. Environ 70% ont passé un appel téléphonique. Mais moins de la moitié de ces appels était adressée au 15 (le numéro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant