"On n'a vraiment pas de pot"

le
0
"On n'a vraiment pas de pot"
"On n'a vraiment pas de pot"

La Coupe de France ce n'est pas que la belle histoire du Petit Poucet qui tape le gros club. C'est aussi des tirages au sort compliqués et beaucoup de rencontres obscures entre clubs amateurs qui se connaissent. Exemple, ce samedi à 18h30, avec le périlleux déplacement de Trélissac, pensionnaire de CFA, à Luçon, équipe de National.Le 10 janvier 2010, le Trélissac Football Club, alors en CFA2, reçoit l'Olympique de Marseille en 32es de finale de Coupe de France. C'est un événement dans cette terre d'ovalie qu'est la Dordogne. Encore mieux : les Trélissacois désertent leur traditionnel stade Firmin-Daudou à cause de ses 2800 places et prennent possession du Francis-Rongiéras, l'enceinte du CAP, le club de rugby de la " grande " ville. Normalement, le Rongiéras ne peut accueillir que 10 000 personnes, mais ils sont 200 de plus ce jour-là pour voir les hommes de Didier Deschamps. Si Marseille s'impose finalement sur des buts de Cheyrou et Ben Arfa (2-0), la fréquentation fait chaud au cœur. Bientôt cinq ans plus tard, si le TFC - rien à voir avec Toulouse - est depuis monté en CFA et vise à terme une montée en National. Mais pour revivre une telle affiche le mois suivant, il va falloir d'abord se taper un 8e tour. À l'extérieur, à Luçon, dixième de National et qui n'a pas perdu depuis le 5 septembre en championnat, dans un stade de 5500 places, chez un club d'un niveau plus haut, mais sans grand prestige... La magie de la Coupe de France est bien loin et a cédé la place à la grisaille d'un tirage pourri.
"Ce n'est pas le meilleur tirage"
Le pire possible ? "Ce serait manquer de respect à cette formation qui est une belle équipe de National, indique Régis Vergne, l'entraîneur adjoint trélissacois. C'est un match intéressant pour voir où on est. Ils sont très costauds, espérons qu'ils privilégient davantage le championnat à la Coupe, car l'important pour eux, c'est de se maintenir. Mais c'est vrai qu'on s'est dit : pas de bol ! Après, il y a toujours pire, mais ce n'est pas le meilleur tirage..." "On aurait préféré un gros club de Ligue 2 ou une équipe de division inférieure", regrette pour sa part le défenseur Jordane Chevalier. Živko Slijep?evi?, l'entraîneur bosniaque du club, va plus loin : "Je voulais jouer à la maison, moi. On aurait préféré n'importe quelle équipe, même de Ligue 2. On n'a vraiment pas de pot, car on a déjà beaucoup joué à l'extérieur." Et notamment en Nouvelle-Calédonie, au dernier tour, le 15 novembre dernier, face au club de Magenta, pour une victoire 3 à 0. Le déplacement dans les Pays de la Loire sera à l'évidence moins sexy que celui à Nouméa. Selon Slijep?evi?, la trentaine d'heures de vol et le...

Le 10 janvier 2010, le Trélissac Football Club, alors en CFA2, reçoit l'Olympique de Marseille en 32es de finale de Coupe de France. C'est un événement dans cette terre d'ovalie qu'est la Dordogne. Encore mieux : les Trélissacois désertent leur traditionnel stade Firmin-Daudou à cause de ses 2800 places et prennent possession du Francis-Rongiéras, l'enceinte du CAP, le club de rugby de la " grande " ville. Normalement, le Rongiéras ne peut accueillir que 10 000 personnes, mais ils sont 200 de plus ce jour-là pour voir les hommes de Didier Deschamps. Si Marseille s'impose finalement sur des buts de Cheyrou et Ben Arfa (2-0), la fréquentation fait chaud au cœur. Bientôt cinq ans plus tard, si le TFC - rien à voir avec Toulouse - est depuis monté en CFA et vise à terme une montée en National. Mais pour revivre une telle affiche le mois suivant, il va falloir d'abord se taper un 8e tour. À l'extérieur, à Luçon, dixième de National et qui n'a pas perdu depuis le 5 septembre en championnat, dans un stade de 5500 places, chez un club d'un niveau plus haut, mais sans grand prestige... La magie de la Coupe de France est bien loin et a cédé la place à la grisaille d'un tirage pourri.
"Ce n'est pas le meilleur tirage"
Le pire possible ? "Ce serait manquer de respect à cette formation qui est une belle équipe de National, indique Régis Vergne, l'entraîneur adjoint trélissacois. C'est un match intéressant pour voir où on est. Ils sont très costauds, espérons qu'ils privilégient davantage le championnat à la Coupe, car l'important pour eux, c'est de se maintenir. Mais c'est vrai qu'on s'est dit : pas de bol ! Après, il y a toujours pire, mais ce n'est pas le meilleur tirage..." "On aurait préféré un gros club de Ligue 2 ou une équipe de division inférieure", regrette pour sa part le défenseur Jordane Chevalier. Živko Slijep?evi?, l'entraîneur bosniaque du club, va plus loin : "Je voulais jouer à la maison, moi. On aurait préféré n'importe quelle équipe, même de Ligue 2. On n'a vraiment pas de pot, car on a déjà beaucoup joué à l'extérieur." Et notamment en Nouvelle-Calédonie, au dernier tour, le 15 novembre dernier, face au club de Magenta, pour une victoire 3 à 0. Le déplacement dans les Pays de la Loire sera à l'évidence moins sexy que celui à Nouméa. Selon Slijep?evi?, la trentaine d'heures de vol et le...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant