On était dans la Fan Zone avec des vieux

le
0
On était dans la Fan Zone avec des vieux
On était dans la Fan Zone avec des vieux

Ils sont rarement maquillés, ce n'est plus de leur âge. Eux, ce sont les retraités, les seniors, les septuagénaires pensionnaires de la Fan Zone. Vendredi soir, au coeur de milliers de jeunots, certains bossaient pour compléter leur retraite, d'autres avaient des choses à raconter. Calmement, sans crier, loin des micros. Des vieux, quoi.

Il est là, seul. Il a la prestance d'un majordome de grande maison et le gilet débraillé de celui qui en cherche justement une. Il a choisi de se placer juste derrière la fosse, peu après le premier PC sécurité, pour voir au mieux un écran géant qu'il aurait du mal à distinguer d'un peu plus loin. Il porte une petite paire de lunettes rectangulaires rouges et un pantalon de costume difforme, un immanquable des grandes occasions. Il fait près de 2 mètres, mais ses yeux bleus sont si petits et si rapprochés qu'on se demande s'ils n'appartiendraient pas à un modèle plus petit, comme s'il y avait eu erreur à l'assemblage. Détail suprême : il veille les mains croisées derrière le dos, la position d'attente classique des septuagénaires. Bref, Georges est vieux. 74 ans, très exactement : "Je suis polonais. Ma femme est repartie en Pologne pour des vacances parce qu'elle n'aime pas le football, mais je suis venu voir le match sans elle. Je vis en France depuis 30 ans, j'étais arrivé comme simple touriste puis je ne suis jamais reparti. Je faisais des tricots dans une petite boutique à Paris, j'habitais dans le 18e. C'est la première fois que je viens dans un événement comme ça, c'est plus agréable, ça me rajeunit. Sinon je suis tout seul chez moi il n'y a pas d'ambiance." À ce moment, le score est de 1-1. George ne le sait pas encore, mais l'ambiance dont il rêve, il va l'avoir 43 minutes plus tard.

De champion de boxe à lunetier


Avant la rencontre, un autre bonhomme attire l'attention. Il alpague les groupes de supporters, sac blanc opaque à la main et cheveux de même couleur. Son chandail tombant est en tout point semblable à celui de Pierre Mortez, aka Thierry Lhermitte dans Le père Noël est une ordure. Lui n'est pas venu pour l'ambiance, mais pour le business : "Je vends des lunettes de l'équipe de France pour compléter ma retraite, parce que je ne touche pas assez. Je suis un ancien sportif de haut niveau moi, vous savez, vice-champion d'Europe de boxe amateur. Alain David, 68 ans. Je suis très peiné par notre situation sociale, j'ai défilé sur les Champs en 98, mais c'était une autre période. Là j'ai déjà fait 80 euros, je suis content. L'objectif c'est de pouvoir vivre un peu mieux, quoi." Lorsqu'on lui fait remarquer son statut de senior, la tête blanche acquiesce : "il y a très peu de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant