On était avec les fans de Bangalore pour la finale de l'AFC Cup

le
0
On était avec les fans de Bangalore pour la finale de l'AFC Cup
On était avec les fans de Bangalore pour la finale de l'AFC Cup

Premier club indien à atteindre un tel niveau, le Bengaluru FC affrontait samedi soir l'Air Force Club d'Irak en finale de l'AFC Cup, la C3 asiatique. On était dans un bar avec les fans, qui racontent le formidable destin d'un club créé il y a seulement trois ans.

Le match commence dans deux heures, mais Santosh, Alwyn et Rakesh sont au taquet. Ils ont déjà accroché dans plusieurs recoins du bar les drapeaux aux couleurs de leur club, le Bengaluru FC (BFC), et de leur groupe de supporters, les West Block Blues. "C'est le match le plus important de l'histoire du foot indien", explique d'emblée Alwyn. On aurait tort de voir une posture grandiloquente. Ce samedi soir, le BFC affronte à Doha l'Air Force Club d'Irak en finale de l'AFC Cup, la C3 asiatique. Et c'est la première fois qu'un club indien atteint un tel niveau. Alors, les supporters, proches du modèle des ultras européens – une rareté en Inde –, ont organisé une retransmission sur écran géant à l'Open Box, un de ces grands bars rooftop de Bangalore où l'on descend des litrons de bière chaque week-end. Après avoir décoré l'établissement aux couleurs du club, les membres des West Block Blues accueillent leurs potes, souvent vêtus d'un maillot ou d'une écharpe du club. Près de quatre cents personnes sont attendues ce soir. "D'habitude, on a un autre bar pour regarder les matchs à l'extérieur, mais on se tasse à trente maximum", détaille Santosh, survêt du BFC sur les épaules.

Pied de nez à l'ISL


À l'écran, en attendant la finale, un match de l'Indian Super League (ISL) dont tout le monde se fout. Le pied de nez à l'ISL réalisé par le BFC est magistral. Créée en 2014, cette ligue privée de huit franchises s'est donné pour but de relancer le foot indien et a attiré en ce sens quelques stars (Del Piero, Trezeguet, Forlán...). En filigrane, il y avait une critique forte de l'I-League, le championnat "officiel" auquel participe le BFC, incapable de sortir des clubs dignes de ce nom et de faire progresser ce sport, dans un état léthargique depuis des décennies. Sauf que Bangalore, fondé il y a trois ans, a prouvé le contraire et montré que l'ISL ne serait rien si elle continue à n'avoir aucune légitimité sportive. Ironie ultime : les tenants de l'ISL ont encouragé le BFC sur les réseaux sociaux, admettant que le club "avait mené le football indien à des hauteurs jamais…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant