On était au Vélodrome pour France/Suède

le
0
On était au Vélodrome pour France/Suède
On était au Vélodrome pour France/Suède

Un match international à Marseille, mais surtout un match après une journée marquée par de la garde à vue groupée de présidents de l'OM. Forcément un moment spécial.Des voitures qui se garent en respectant les places de stationnement, des files d'attente organisées devant les stands aux abords du stade et surtout des familles, plein de familles. Pas besoin d'arriver sur le parvis du nouveau Vélodrome pour constater que Marseille, ce mardi soir, c'est la France, l'équipe de France. Confirmation faite une fois dans l'enceinte avec des centaines de drapeaux agités dans les quatre tribunes. Un sacré choc pour la minorité de supporters de l'OM ayant fait le déplacement. Il faut les comprendre, ce n'est pas une question de patriotisme, c'est juste que ce drapeau n'était brandi qu'à une occasion dans ce stade, et ce, pendant des années : lors des OM-PSG, par les supporters visiteurs qui accompagnaient toujours ça d'un "bleu, blanc, rouge, la France aux Français". Mais ça, c'est de l'histoire ancienne. Ce mardi soir, tout le monde est venu pour être derrière les gentils Bleus de Deschamps. Symbole de la soirée neutre, c'est Max de Fun Radio qui se charge de l'animation micro, comme au Stade de France. Le spectacle ne semble pas déranger Éric Carrière, qui fait comme tout le monde et dégaine son portable pour faire un Vine lorsqu'il arrive à son siège.
Lacazette et Digne dans le viseur
Il y a bien évidemment une différence entre un match suivi par des spectateurs et des supporters. Cela se vérifie dès les premières minutes de jeu : l'action se déroule sans un bruit. Ne pas avoir en fond sonore les chants des virages à Marseille étonne, mais cela permet aussi de rendre bien plus impressionnante les acclamations du public sur les occasions de but. Une ambiance à l'anglaise, avec un public qui ne sait pas trop comment lancer ses chants. Au quart d'heure de jeu, le premier "Aux armes" part, mais il se conclut par un "Allez l'OM". L'habitude sans doute. Côté joueurs, si l'enthousiasme de Gignac et Payet est apprécié, c'est la vista de Griezmann et Pogba qui fait rugir. Dès le début de la seconde période, Lacazette part s'échauffer. Il essuie des "Lyonnais, enculé", limite gentils. Parce qu'il a droit à une bronca générale à son entrée en jeu, même si, au départ, c'est la déception de voir sortir Gignac si tôt qui amène les sifflets. En ce qui concerne Lucas Digne en revanche, pas de doute, c'est tout pour sa gueule. À peine se dirige-t-il vers le quatrième arbitre que des "Paris, on...

Des voitures qui se garent en respectant les places de stationnement, des files d'attente organisées devant les stands aux abords du stade et surtout des familles, plein de familles. Pas besoin d'arriver sur le parvis du nouveau Vélodrome pour constater que Marseille, ce mardi soir, c'est la France, l'équipe de France. Confirmation faite une fois dans l'enceinte avec des centaines de drapeaux agités dans les quatre tribunes. Un sacré choc pour la minorité de supporters de l'OM ayant fait le déplacement. Il faut les comprendre, ce n'est pas une question de patriotisme, c'est juste que ce drapeau n'était brandi qu'à une occasion dans ce stade, et ce, pendant des années : lors des OM-PSG, par les supporters visiteurs qui accompagnaient toujours ça d'un "bleu, blanc, rouge, la France aux Français". Mais ça, c'est de l'histoire ancienne. Ce mardi soir, tout le monde est venu pour être derrière les gentils Bleus de Deschamps. Symbole de la soirée neutre, c'est Max de Fun Radio qui se charge de l'animation micro, comme au Stade de France. Le spectacle ne semble pas déranger Éric Carrière, qui fait comme tout le monde et dégaine son portable pour faire un Vine lorsqu'il arrive à son siège.
Lacazette et Digne dans le viseur
Il y a bien évidemment une différence entre un match suivi par des spectateurs et des supporters. Cela se vérifie dès les premières minutes de jeu : l'action se déroule sans un bruit. Ne pas avoir en fond sonore les chants des virages à Marseille étonne, mais cela permet aussi de rendre bien plus impressionnante les acclamations du public sur les occasions de but. Une ambiance à l'anglaise, avec un public qui ne sait pas trop comment lancer ses chants. Au quart d'heure de jeu, le premier "Aux armes" part, mais il se conclut par un "Allez l'OM". L'habitude sans doute. Côté joueurs, si l'enthousiasme de Gignac et Payet est apprécié, c'est la vista de Griezmann et Pogba qui fait rugir. Dès le début de la seconde période, Lacazette part s'échauffer. Il essuie des "Lyonnais, enculé", limite gentils. Parce qu'il a droit à une bronca générale à son entrée en jeu, même si, au départ, c'est la déception de voir sortir Gignac si tôt qui amène les sifflets. En ce qui concerne Lucas Digne en revanche, pas de doute, c'est tout pour sa gueule. À peine se dirige-t-il vers le quatrième arbitre que des "Paris, on...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant