On était au " match de rêve " de la Coupe de France

le
0
On était au " match de rêve " de la Coupe de France
On était au " match de rêve " de la Coupe de France

L'US Châteaugiron contre l'US Saint-Malo, deux formations d'Ille-et-Vilaine et six divisions d'écart : telle était l'affiche du " match de rêve ", opération proposée par la FFF pour ambiancer le 6e tour de la Coupe de France. Une finale des petits avant l'entrée des clubs de L2 au tour suivant. Bilan : une belle valise concédée par les locaux évidemment, mais au moins, la galette-saucisse était bonne et l'ambiance bien cool.

" Une semaine qu'on ne pense qu'à ça ! Au taquet pour tout préparer, c'est pas rien pour un club comme le nôtre, et d'ailleurs ça commence à tirer dur. " Le coup d'envoi n'a lieu que dans une heure, mais ce bénévole de l'US Châteaugiron a déjà le physique du gars qui joue de la moulinette avec les bras pour demander le changement. Les visages sont tirés, il y a de l'excitation mêlée à de l'inquiétude dans cet avant-match du côté du club qui reçoit. Difficile d'organiser la venue de plus d'un millier de personnes quand l'affluence moyenne est en deçà de la centaine. Difficile de mettre en place le matos d'une chaîne de télé nationale quand les matchs habituels de l'équipe fanion le week-end peinent à intéresser les médias locaux. Difficile enfin d'avoir pour opposition une formation de CFA quand les adversaires le restant de la saison évoluent six crans en dessous. Alors oui, tout ça est bien compliqué, ça fatigue, mais en même temps, n'allez surtout pas les plaindre. Car cette rencontre de gala, historique dans l'histoire des footballeurs locaux, ils sont allés la chercher, victime consentante d'une opération lancée il y a de ça quelque temps par la FFF et appelée le " match de rêve ".



Pour faire clair et concis, cette affiche singulière a été conçue pour rendre un peu sexy le sixième tour de la Coupe de France. Apporter un regain d'intérêt supplémentaire avant l'entrée en lice des clubs pro, en mettant en avant un des petits poucets de la compétition à ce stade. La carotte promise par la fédé est la suivante : des conditions d'organisation comme chez les grands (panneaux, officiels et tout et tout), la vraie Coupe de France exhibée au public et une retransmission en direct de la partie sur Eurosport 2 et le site de la fédé, avec Thomas Bihel aux commentaires, Alain Roche en consultant et Carine Galli sur le terrain. Un challenge motivant pour un club qui a su mobiliser ses troupes, récolter de nombreux soutiens publics (dont ceux du grand frère le Stade rennais) et ainsi remporter l'espèce d'applaudimètre virtuel qui a eu lieu sur la page Facebook dédiée, devançant un autre club breton, Landerneau. Officiellement désigné vainqueur de l'opération il y…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant