On était au match de la "décennie des champions"

le
0
On était au match de la "décennie des champions"
On était au match de la "décennie des champions"



C'était le match de "la décennie des champions". Le 5 septembre, une équipe France 98 affronte les anciens de l'Olympique lyonnais à Dijon, dans le cadre de la lutte contre la maladie d'Alzheimer. Une rencontre pour la mémoire, dans tous les sens du terme.



Planté à l'entrée du Parc des Sports Gaston Gérard de Dijon, Dominique, 40 ans, attend la voiture de Jean-Michel Aulas, son président préféré. Enroulé dans un maillot noir de l'OL, le chasseur passe en revue sa liste d'autographes. Govou, Anderson, Boumsong ont signé au marqueur le maillot qu'il serre fort dans sa main droite. "Ce maillot, c'est une édition spéciale 3D, quand tu mets les lunettes, tu vois les symboles de l'OL en relief. Et chez moi, j'ai même un DVD d'1h30 sur Juninho et ses coups francs", lâche-t-il, ému. S'il est là pour assister au match de charité de la "Décennie des champions" organisé ce samedi par l'association Dijon Alzheimer – un intitulé clinquant pour une rencontre "qui oppose les anciens champions nationaux et internationaux des années 1998 à 2008, de l'équipe de France et de l'Olympique lyonnais" –, Dominique n'est pas franchement venu pour parler de la maladie neuro-dégénérative : "Alzheimer, c'est le truc au cerveau, c'est ça ?" Peu ou prou.



Bob Pirès et le Rottweiler de Lolo



Comme Dominique, ils sont plus de 8000 à être davantage venus voir Lilian Thuram, Laurent Blanc ou encore Sonny Anderson plutôt que lutter contre la maladie qui affecte près d'un million de Français et 225 000 personnes supplémentaires chaque année. "On est venus pour le spectacle, mais si on peut faire ça pour la bonne cause, c'est bien", estime Véronique, 50 ans, qui a payé sa place 10 euros. À la buvette, Alexandre n'y va pas par quatre chemins. "Je le dis : je suis venu pour voir les joueurs, affirme-t-il en triturant son cornet de frites. Mais on voit qu'ils ont galéré pour composer les deux équipes. Il y a Candela. Et puis Jacques Santini entraîneur pour la décennie des champions, sérieusement " C'est la fin de l'échauffement, et le speaker en fait des caisses au micro : "Les champions de la décennie sont réunis pour la mémoire."



Même si certains "champions" n'ont pas laissé un grand souvenir aux spectateurs qui…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant