On était au match de charité de Steve Nash

le
0

Des goodies, un terrain synthétique, des joueurs NBA, Landon Donovan, les dribbles de Salomon Kalou : le match de charité de Steve Nash fut un parfait condensé de l'été new-yorkais.

Des animations diverses et variées : un panier de basket pour shooter, une roue à faire tourner pour gagner des goodies des New-York Liberty (l'équipe de WNBA locale, la ligue de basket féminine), un château gonflable aux couleurs de New York City. Sur le terrain synthétique nickel dédié à l'évènement, des kids se disputent un match sous le soleil écrasant. Le Steve Nash Showdown est un match caritatif organisé par le meneur double MVP fan de foot en général et de Tottenham en particulier depuis 9 ans maintenant. Il a lieu en plein milieu le Lower East Side de la ville qui ne dort jamais, dans le parc Sara D. Roosevelt (mère de), que l'on traverse en arrivant. Pick-up games, touristes qui se balladent et locaux qui digèrent leurs salade césar de chez Whole Food ; l'été new-yorkais dans toute sa splendeur.

Kevin Durant, Giuseppe Rossi et un sosie de Will Ferrell


Deux heures avant le coup d'envoi et déjà pas mal de monde. Dont des policiers chargés d'assurer la sécurité. Il faut dire que de la star est annoncée, Kevin Durant notamment. Une cinquantaine de journalistes se font présents, au fur et à mesure que se rapproche le coup d'envoi, prévu à 18h. L'excitation est palpable, d'autant que l'arrivée de Derrick Rose aux Knicks vient d'être officialisée. Le club de la ville n'avait pas eu de bon meneur de jeu depuis que Gourcuff fils était encore enfant. Dans les gradins de 300 places environ, le DJ envoie déjà du gros son. On peut apercevoir un maillot de la Juve, plusieurs de Steve Nash, sous les couleurs des Dallas Mavericks ou plus souvent des Suns de Phoenix, là où le meneur de jeu a gagné ses deux titres de MVP ainsi que des comparaisons avec les Iniesta ou autre Xavi. Beaucoup de kids, pas mal de mamans et de filles, et soudain, un maillot du Benfica. Son propriétaire jongle devant des enfants et touche plutôt bien sa bille. Il fait le tour du monde facilement, il est ici à NY City pour sa société suisse qui fait dans le vote électronique ; en somme, et comme tout le monde, il fait du business ici. Les journalistes sont maintenant tous installés le long des lignes du terrain, ça cause de la draft, de l'Euro, du match des Portugais et drôle de tableau. Bref, ça râle pas mal en italien.






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant