On était au dernier match de Robbie Keane

le
0
On était au dernier match de Robbie Keane
On était au dernier match de Robbie Keane

Si son dernier rejeton lui a un peu piqué la vedette lors de son discours d'après-match, Robbie Keane n'a pas raté ses adieux sous le maillot vert, mercredi dans la nuit dublinoise. Les honneurs du président de la République, un 68e et dernier but en sélection, une ovation phénoménale, et une victoire 4 à 0 face à Oman. Récit d'une soirée qui restera comme la dernière, mais sans doute aussi comme l'une des plus belles dans la carrière du numéro 10 irlandais.

Il n'aura fallu attendre que quelques instants. Ou plutôt quelques secondes. À peine le temps que Robbie Keane pose un pied sur la pelouse pour l'entrée des équipes, que le public de l'Aviva s'était déjà levé comme un seul homme pour lancer les premiers " Keano, Keano, Keano " de la soirée.

Puis Mr Michael D. Higgins, président de la République d'Irlande, est venu en personne saluer le capitaine irlandais afin de lui remettre un award. Ce grand amateur de foot, ancien président du Galway United, avait déjà reçu le numéro 10 au palais présidentiel en début de semaine afin de lui dire " combien Robbie Keane avait rendu fiers les Irlandais d'avoir un joueur de ce talent".

Vingt-sept minutes, trois occasions, un but


Pas besoin pourtant d'être un grand expert de football pour comprendre que ce match, qui devait servir de préparation au déplacement en Serbie en début de semaine prochaine, s'était en fait transformé rapidement en un jubilé géant. Robbie Brady ouvra le score à la 8e minute d'un splendide coup franc, mais c'était presque un peu gênant. Car le public n'attendait qu'une seule chose : la 10e minute. Moment où tout le stade se leva, afin de faire une minute d'applaudissement appuyée pour le meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

Oman faisait figure de sparring partner parfait. Inoffensif et trop loin du niveau technique de son adversaire, l'équipe du Moyen-Orient laissait les Irlandais développer leurs actions. L'addition aurait pu être salée rapidement si les coéquipiers de Robbie n'étaient pas obnubilés par une seule chose : le faire marquer.


Après avoir manqué un contrôle facile face au but au quart d'heure de jeu, il rata de peu une tentative de lob quelques minutes plus tard. C'est finalement à la trentième minute qu'il trouva le chemin des filets d'une superbe reprise de volée. Son compteur passait à 68. Et les "Keano, Keano, Keano" pouvaient descendre des travées à la vitesse où les fumigènes apparaissaient au Parc des Princes après chaque but il y a quelques saisons.

Meilleur buteur, mais pas plus grand…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant