On était au derby des réserves du Nord

le
0
On était au derby des réserves du Nord
On était au derby des réserves du Nord

Un derby à Madrid samedi, un autre à Milan dimanche. Mais le seul qui valait le coup d'œil se déroulait samedi dans le 59 et sentait le CFA, la verdure et la main courante : Lille B-Lens B.

Lille-Lens, un match que l'on a l'habitude de voir à Bollaert, Pierre-Mauroy ou au Stadium Nord. Ce n'est pas le cas ce week-end. Le match se tient dans un cadre bien plus verdoyant, option autoroute à l'horizon : le Domaine de Luchin. Le centre d'entraînement du LOSC accueille tous les matchs de la CFA. Déjà, une heure avant le coup d'envoi, les premières places du parking trouvent preneur. Le froid dissuade les courageux de sortir de leur véhicule immédiatement. À quelques mètres de là, les plus téméraires sont à la billetterie et subissent l'habituelle fouille de sécurité. Première inquiétude pour un spectateur. "J'ai quatre collègues qui vont arriver de Belgique, il restera des places ?" La douzaine de stadiers en place accueille les spectateurs en essayant de séparer Lillois et Lensois. L'odeur de la rivalité arrive au nez de ceux qui n'ont pas encore attrapé le rhume. Plus que la suprématie régionale, une place sur le podium du groupe B de CFA est en jeu. Quatre cents personnes viennent garnir l'unique tribune du stade, un peu plus que d'habitude selon les organisateurs. La tribune, récente, rappelle que la rencontre se déroule dans les infrastructures d'un club pro. Même la feuille de match est informatisée, au grand dam d'un observateur anglais.

Loc. contre Visit.


Heureusement, pour rappeler le folklore du monde amateur, on retrouve un tableau d'affichage à l'ancienne, sans chrono. Ce soir, pas de chichi, c'est "Loc." contre "Visit." Les deux équipes viennent s'échauffer quand un drame vient entacher la belle soirée de foot qui s'annonce : la buvette est fermée. Du coup, le Lille-Lyon de la veille est débriefé en tribunes. "Il faudrait faire jouer la CFA en Ligue 1, au moins ils se battraient", est l'analyse la plus fréquente. C'est finalement l'inverse qui sera proposé. Benzia et Mendes sont présents, et le public familial s'enflamme pour la première fois. Il fait un froid sibérien, et pas de corons en vue pour réchauffer l'atmosphère. L'ambiance calme permet d'entendre tous les bruits du foot.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant