On était au couronnement de la Belgique

le
0
On était au couronnement de la Belgique
On était au couronnement de la Belgique

Grâce à sa victoire ce mardi soir, la Belgique va officiellement devenir la huitième nation à truster la première place du classement FIFA – et la troisième sans avoir remporté de trophée. Au stade Roi Baudouin, les 50 000 personnes présentes ont vibré entre un Kompany chanteur, des poires géantes et une Ola à 0-0

"On n'aura jamais assez de chopes !" Avec leur accent pincé du Brabant Wallon, trois jeunes se hâtent donc de quitter le parking C du Heysel pour prendre la direction du stade Roi Baudouin. Dans leur combi, deux flics observent la scène. Eux doivent se contenter d'un café. Pour se rendre du parking au stade – distancés de 100 mètres à vol d'oiseau – il faut marcher environ 15 minutes. Les environs sont ainsi faits que le spectateur doit suivre une sorte de zigzag qui longe trois fois le stade avant d'arriver à sa place. Avant de rentrer, il faut bien sûr passer l'étape des grilles et du check-in. Aujourd'hui, le niveau d'alerte a atteint 3, il est donc interdit d'amener son sac – même à main – et chaque personne sera fouillée et son identité comparée à celle du ticket. À 20 minutes du match, c'est encore la cohue devant les grilles de la Tribune 4 où les pétards s'entremêlent aux odeurs de bières. Mais il ne s'agit pas de faire le fou : dès la première poussée conséquente, les policiers se regroupent avant qu'un d'entre eux ne prenne la parole "On se calme ou on ferme la boutique".

Avion-poster, transversale et Ola


À l'intérieur du stade, chaque supporter s'est vu apposer un poster de l'équipe nationale sur son siège, mais la plupart des fans l'utilisent pour envoyer des avions en papier vers le terrain. Il y a peu de spectateurs israéliens, et ceux qui sont là n'ont pas l'air de vivre le match avec ferveur. Ils sont assis, tranquillement comme s'ils participaient à un pique-nique géant. De leur côté, les fans belges se montrent d'emblée motivés et commencent à balancer du "Belgium !", assurant probablement leur statut de seuls supporters qui encouragent leur équipe nationale dans une autre langue. Un peu en retard, un homme chauve habillé d'un gros manteau rouge s'appuie sur les épaules des jeunes pour aller s'installer à sa place. Il hurle pour communiquer avec son pote, mais quand les Belges – qui montrent presque plus de volonté offensive en cinq minutes que sur l'ensemble de leurs éliminatoires – ratent une occasion, il gesticule en expliquant aux joueurs avec ses mains comment ils auraient dû tirer avec leur pied.

Comme à son habitude, Eden Hazard a le public acquis à sa cause : alors que Nainggolan réalise une de ses innombrables transversales majestueuses, le Londonien rate son contrôle, mais c'est lui que le stade acclame.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant