On était à Milan pour la finale de C1

le
0
On était à Milan pour la finale de C1
On était à Milan pour la finale de C1

De l'émotion, un flic en Lamborghini, 25 cl de bière à 6€, un championnat du monde de PES2016 et même un DJ set de Gaizka Mendieta. C'est peu dire qu'il y avait tout à Milan ce week-end. On y était.

Ce n'est plus une ligne médiane mais une frontière. Une séparation entre joie et détresse, consternation et allégresse, bougeotte et paralysie. D'un côté, il y a les enfants merengues, qui viennent enchaîner les galipettes dans la cour de récré de leurs victorieux papas. De l'autre, il y a un homme en quête de rédemption et un autre qui n'en demande pas moins. Amorphe devant sa tribune, Juanfran demande pardon à l'impressionnante délégation colchonera présente à San Siro. Elle lui répond en offrant une standing ovation qui donnerait la chair de poule à un imberbe. À quelques mètres de là Antoine Griezmann semble préparer son entrée au musée Grévin. Les mains sur la taille, le regard dans le vide, le Français ressasse son penalty envoyé sur la barre et se dit certainement que la donne aurait pu être différente au vu du visage affiché par les siens en seconde période. Puis arrivent les tauliers. Diego Godín et Diego Simeone qui viennent consoler leurs frères comme s'ils savaient mieux que quiconque qu'ils étaient : des perdants magnifiques. Finalement, le seul merengue qui ose briser cette épaisse couche de glace, c'est Sergio Ramos. Une heure et demie après avoir fêté son but sous les yeux des supporters colchoneros, le capitaine du Real serre les pognes et glisse un mot doux quand il le faut. Après tout, il y a un Euro qui commence dans dix jours…

Mendieta, Justin Bieber et l'éboueur


Mais avant tout place à la fête. À Milan, celle-ci a commencé bien avant le tir au but de Cristiano Ronaldo, à quelques kilomètres de San Siro. Si tous les chemins mènent habituellement à Rome, une escale obligatoire semble organisée du côté du Old Fashion, établissement nocturne lombard où chicha et selfies semblent régner en maîtres. Ce vendredi soir, les iPhone surchauffent. Coincés dans un carré VIP dont le casting laisse plutôt penser à un match de charité, Cafu, Pirès, Salgado ou encore le reconverti DJ Gaizka Mendieta envoient quelques pas de danse sur Sorry de Justin Bieber comme pour rappeler que le bon goût, comme la plupart des supporters madrilènes, débarquera samedi matin. Et si certains ont…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant