On était à Lille après France-Albanie

le
0
On était à Lille après France-Albanie
On était à Lille après France-Albanie

Un but tardif de Griezmann, des supporters anglais qui veulent une revanche que les Russes leur refusent, des CRS sur les dents et à la lacrymo facile. On était sur place, on vous raconte.

20:30 : sur la place du Général De Gaulle, un groupe d'Anglais s'est approprié la devanture de deux bars. L'un des serveurs est en train de ramasser les tables retournées qui jonchent le sol, habillé des vestiges de beuverie. Quand on lui demande s'il ferme plus tôt que d'habitude, il répond sans ambages : " on est fermé depuis 20h, arrêté municipal, il vaut mieux parce qu'ils sont tous bourrés. " Pas faux, plusieurs en viennent presque aux mains sans que l'on sache pourquoi. Ce qui frappe, c'est le jeune âge et les carrures bodybuildées des " supporters ". Ils viennent de Millwall, Birmingham, Sheffield, Blackpool ou encore Nottingham. La rumeur dit qu'ils étaient 700 sur la Place de la Gare, et le match contre le Pays de Galles leur importeraient moins que de fracasser du Russe en représailles des événements de Marseille. " Pas du tout " nous assure James, un jeune supporter d'Aston Villa. " On est venu pour l'ambiance, pour chanter, c'est magnifique non ? ". Les matchs ? " On n'a pas de billets, on se balade dans les rues, on profite de l'atmosphère. " Les policiers anglais présents pour l'occasion semblent avoir du mal à le croire.

Looking for Mark Roberts


20:45 : " si vous avez des questions, il faut voir avec Mark Roberts, c'est mon patron. " Visiblement, ce policier anglais n'a pas envie de se mouiller. Bedonnant mais imposant, il nous explique être là pour " discuter avec les jeunes, les empêcher de faire des bêtises, on fait de la prévention, de la pédagogie. " On tente de lui demander où sont les spotters russes. " Demandez à Mark Roberts, c'est mon boss. " Quand on lui précise que Mark ne nous répond plus depuis deux jours, il ne se démonte pas. " Ah ? Il est très occupé en ce moment ! " On tente quand même de lui demander si il craint des débordements. " Demandez à Mark Roberts ". Et sinon, combien de policiers anglais sont déployés à Lille ? " Mark Roberts pourra vous le dire. " Fucking Mark Roberts...


20:46 : deux jeunes supporters anglais légèrement imbibés viennent se greffer à la conversation.…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant