On était à la première de Lyon dans son nouveau stade

le
0

55 000 Gones et Fenottes ont découvert, ce samedi, le nouveau stade rêvé par Jean-Michel Aulas pour son Olympique lyonnais. Entre une joie enfantine partagée par tous au moment de découvrir les vertigineux gradins et les problèmes de logistique et de billetterie, retour sur la première après-midi loin de Gerland.

Il a repris, en 1987, un club de football qui végétait en deuxième division devant 10 000 spectateurs avec un plan de développement auquel personne ne croyait vraiment. Moins de trente ans plus tard, il a la joie de voir son équipe, celle-là même qui est devenue l'une des meilleures de France, évoluer dans un stade de 60 000 places en première division. On ne peut qu'imaginer la joie ressentie par Jean-Michel Aulas devant son stade fin prêt, car c'est bien lui qui s'est battu pour l'avoir, et ce, depuis des années. Avec une confiance absolue, les spectateurs l'ont suivi en masse, ce samedi, pour l'inauguration du Parc OL, qui attend encore son naming. " Le plus tard sera le mieux ", résume un spectateur tout sauf pressé de voir son stade devenir la Hyundai Arena ou autre publicité géante. Avec les espoirs et les craintes inhérents à ce genre de rencontres du troisième type, les supporters de l'Olympique lyonnais se sont rendus en masse à l'appel de leur président. S'ils ont été comblés par le score (4-1), la manière et le spectacle organisé après le match, certains ont trouvé quelques points à revoir. Et c'était à prévoir.

Billetterie alambiquée, acheminement satisfaisant


Pour obtenir le précieux sésame, beaucoup de Lyonnais ont dû passer par la billetterie en ligne. Problème, cette dernière avait elle aussi fait peau neuve. Pas facile donc pour les supporters de s'adapter à un système plutôt compliqué. " C'est surtout qu'à deux jours du match, je n'avais toujours pas reçu mon abonnement ", explique un supporter fier de porter ses douze écharpes différentes. " J'espère que tout le monde recevra le sien à temps, mais ils ont l'air plutôt débordés là-haut. " Le plus déroutant avec cette billetterie, c'est qu'il faut désormais choisir son mode de transport et le réserver en ligne. Au choix donc : l'un des parkings plus ou moins proches du stade, les modes doux, le tramway ou le bus. Derrière la gare de la Part-Dieu, d'où partent les navettes tramways, un supporter égaré s'insère dans la file d'attente. " J'ai rien compris sur internet, j'ai coché navette mais je ne suis même pas sur que ce soit celle-là, on verra bien. Ils ont pas intérêt à être trop chiants parce que j'ai rien compris, moi. " Quelques rires confirment que ce fan n'est pas le seul dans ce cas. Qu'importe au final,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant