On était à la finale de la Coupe de France

le
0
On était à la finale de la Coupe de France
On était à la finale de la Coupe de France

On l'annonçait depuis des semaines et c'est désormais chose faîte : le PSG a remporté la Coupe de France et devient ainsi le premier club a gagné tous les titres nationaux en une saison. Une performance historique qui n'a pas émoustillé plus que ça les supporters de la capitale. Ambiance (ou pas) en tribune parisienne.

19h15, ligne 13 du métro, direction Porte de Paris. Habituellement plein lors d'un jour de match au Stade de France, le métro est vide. On croise quelques supporters habillés de rouge et de bleu, mais aucun auxerrois. L'ambiance est calme, signe annonciateur d'une soirée qui le sera tout autant. Arrivé au Stade de France, un jeune homme avec un maillot période pré-Qatar se met à crier, histoire que tout le monde l'entende : "j'espère que Pastore va marquer !" Comment te dire garçon... ? Ce soir, ton idole argentine est suspendue, donc en costard. Try again. Arrivé sur le parvis du Stade de France, une énorme foule s'apprête à pénétrer dans l'arène. Des petits, des jeunes, des moins jeunes et un petit groupe de cinq-six parisiens qui tentent de donner de la voix. C'est loupé, les chants ne prennent pas et le groupe file se planquer en tribunes, la tête basse, couvert de honte. Le speaker du SDF fait sa présentation habituelle, sans oublier de remercier les sponsors et la merveilleuse FFF, et souhaite la bienvenue aux quatre spectateurs qui observeront la rencontre depuis une nacelle. Un enfant qui a du mal à rester sur sa chaise lance maladroitement à son père que "ce serait drôle s'ils tombent...". C'est lui qui a raison.


On est là pour le match ou pas ?


Le match démarre et les supporters parisiens sont à l'image de leurs joueurs : apathique et pas dans le rythme. On entend à gauche et à droite les sempiternelles "Allez Paris, Allez Paris SG" et autre "Ici c'est Paris", qui sont uniquement repris par ceux positionnés en tribune basse. Tout ça ne dure pas bien longtemps et le silence reprend vite le dessus. Sam, un abonné du Parc depuis les années 90, questionne avec un air malicieux son pote Jorge : "ce ne serait pas une mouche qu'on entend là ?" On serait plutôt tenter de lui dire que c'est le monsieur à notre gauche, celui qui est train de bailler. La main devant la bouche s'il vous plaît. La rencontre avance, les Auxerrois et les Parisiens galèrent sur le terrain. Pendant ce temps, Van Der Wiel réussit ses deux premiers gestes techniques de la saison. " C'est le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant