On était à la finale de la Coupe d'Allemagne... sur Xbox

le
0
On était à la finale de la Coupe d'Allemagne... sur Xbox
On était à la finale de la Coupe d'Allemagne... sur Xbox

Sport ou loisir ? Performance physique ou simple passe-temps ? Malgré un développement de plus en plus accru en Europe, l'eSport et sa déclinaison footballistique peinent à trouver leurs lettres de noblesse auprès de puristes exigeant que le ballon rond soit pratiqué avec les pieds et non avec les doigts. Pas de quoi décourager les organisateurs de la répétition générale de la finale de la Pokal, mais avec des manettes à la place des crampons.

Ce samedi, l'Eintracht Francfort et le Borussia Dortmund s'affrontent pour la soixante-quatorzième finale de l'histoire de la Coupe d'Allemagne. Mais quelques jours plus tôt, les alentours du stade olympique de Berlin donnent déjà le ton : moult drapeaux et banderoles teintés de vert - la couleur de la Fédération allemande de football - ornent cette majestueuse enceinte bâtie pour les Jeux olympiques de 1936. Autour des camions déversant leur matériel pour le jour J, on aperçoit quelques badauds qui n'ont pourtant rien à voir avec le chantier en cours. Et pour cause : ils s'apprêtent à jouer la version numérique du match le plus attendu de l'année.

Un salon de 74 500 places


L'initiative émane d'un constructeur automobile partenaire de la compétition. Son objectif : mettre en avant l'eSport qui commence tout doucement à se faire une petite place en Allemagne. Les clubs de Wolfsburg et de Schalke ont même déjà créé leur propre section vidéoludique. Pourtant, ce ne sont pas eux que l'on verra sur le terrain ce soir, mais bien vingt-deux joueurs qui représentent l'Eintracht et le BvB. "Bienvenue au match des superlatifs !", lance l'un des organisateurs dans les salons VIP de l'Olympiastadion. Le mot est faible, mais à la hauteur de l'événement : les participants vont en effet s'affronter au bord de la pelouse de l'arène berlinoise, chacun devant son écran et 74 500 sièges vides. La partie, elle, sera retransmise en direct sur Facebook, mais aussi à quelques privilégiés qui pourront la suivre sur un écran de trois mille mètres carrés posés à même le sol d'un pré qui sera maltraité le week-end suivant. "C'est un test grandeur nature, explique Oliver Braun, attaché de presse de l'événement. Nous sommes déterminés à ce que cette initiative ait une suite l'année prochaine et, si possible, avec des spectateurs."

Les participants ne sont pas des inconnus, en tout cas pas dans les milieux autorisés. Certains sont eSportifs professionnels,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant