On était à la dernière de Klopp à Dortmund

le
0
On était à la dernière de Klopp à Dortmund
On était à la dernière de Klopp à Dortmund

Après sept années passées sur le banc de touche du Westfalenstadion, Jürgen Klopp a fait ses adieux hier à un public de Dortmund déchaîné. Des adieux d'autant plus déchirants qu'ils coïncidaient avec ceux du capitaine emblématique du Borussia façon Klopp : Sebastian Kehl. Et c'est peu dire qu'on a gueulé et versé des larmes pour vous.

Depuis quelques semaines, tout le monde à Dortmund redoutait ce samedi 23 mai. Personne ne souhaitait voir le chrono du " Temple " indiquer la 90ème minute. D'aucuns savaient que le coup de sifflet indiquerait la fin. La fin d'une saison, oui, mais surtout la fin d'une ère. Celle de Jürgen Klopp. Certes, il reste un match à disputer, et pas des moindres: la finale de la DFB-Pokal à Berlin, contre le VfL Wolfsburg. Mais pour ce qui est du Westfalenstadion, c'est fini: après sept ans, le déjà mythique entraîneur du Borussia Dortmund tire sa révérence. Sept années au cours desquelles il aura fait le kéké sur son banc de touche, parfois à s'engueuler avec les arbitres assistants, parfois à recueillir le fruit de son travail en fêtant les buts de son équipe comme un supporter lambda. Un septennat durant lequel il aura également remis le BVB sur la carte de l'Allemagne et de l'Europe, grâce à un style de jeu chatoyant, et surtout des titres: Meisterschale en 2011, doublé coupe-championnat en 2012. Grâce à Jürgen Klopp, Dortmund est entré avec fracas dans le XXIème siècle, et est devenu le club de tous ceux qui aiment le frisson. Celui procuré par les joueurs, mais aussi celui procuré parmi le public. Néanmoins, cette saison, cela ne pouvait continuer ainsi. La " bête " qu'avait créée Klopp était devenue difficilement maîtrisable. Pour qu'elle mute et qu'elle continue à vivre, il fallait " qu'une grosse tête s'en aille – et c'est la mienne ", avait-il déclaré en avril dernier. Et comme un " malheur " n'arrive jamais seul, il a fallu qu'une autre icône fasse ses adieux le même jour: Sebastian Kehl, l'éternel capitaine, qui met les crampons de côté après 360 matchs pour les Schwarzgelben.

" Klopp reviendra "


Forcément, toute cette tension est palpable quand on arrive aux abords du Westfalenstadion. En sortant du métro, on croise les premières échoppes qui vendent des produits officiels. Inutile de dire que ce jour-là, les plus vendues sont celles qui remercient le coach et son lieutenant. Les maillots aussi sont de sortie. Et pour cause. " Il n'y a pas un jour où j'ai été déçu par Jürgen Klopp ", s'extasie " Winnie ", un quinquagénaire qui a floqué le nom de celui qui lui vend du rêve depuis 2008. " Il avait fait de belles choses à Mayence, j'étais convaincu que ça marcherait. Je n'ai franchement rien à lui reprocher, si ce n'est peut-être le fait qu'il a toujours un…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant