On était à la clôture du mercato italien

le
0
On était à la clôture du mercato italien
On était à la clôture du mercato italien

C'est une tradition, depuis des années, les derniers jours des sessions de marchés des transferts se déroulent dans un grand hôtel milanais et au beau milieu des médias. Une foire à l'italienne comme on les aime.

"L'hôtel ferme demain et ils viennent d'être prévenus", annoncent les ravissantes hôtesses d'accueil. Muni de drapeaux de syndicats en tout genre, le personnel de l'ATA Executive Hotel s'est regroupé devant les deux entrées. En tout, six établissements de cette chaîne fermeront leurs portes, mettant au chômage près de 600 employés. Cet immeuble milanais quatre étoiles recevra donc le gratin du football italien pour la dernière fois après l'avoir fait pendant sept ans. Qu'importe, les concurrents seront prêts à reprendre la suite de ce qui est désormais un des rendez-vous phares de la saison footballistique italienne.

Marathon médiatique


La légende, mais pas que, raconte qu'un certain Raimondo Lanza di Trabia fut à l'initiative de cette manifestation. Président de Palermo pendant une seule saison au début des années 50, il eut l'idée de proposer une ou deux réunions annuelles afin de faciliter les négociations entre les clubs italiens. Plus de 60 ans plus tard, ces sessions se sont transformées en grande messe du football transalpin. Un événement coorganisé par Infront Italy et l'ADISE, l'association des directeurs sportifs italiens. Situé devant la gare Garibaldi et à une dizaine de minutes à pied du centre-ville, l'espace de quelques jours, l'Ata Hotel Executive se pare des couleurs vertes et blanches du calciomercato. Pour cette version hivernale, il s'est mis à disposition jeudi, vendredi et lundi. Un hall d'entrée au centre, un Lounge bar sans serveur à gauche, une salle réservée à la fédé à droite et une multitude de médias. Aucun cador de la communication italienne ne manque à l'appel, Sky, Mediaset Premium, Rai Sport, Gazzetta TV et plusieurs chaines régionales, mais aussi Sportitalia qui a fait du mercato sa spécialité : "C'est un événement plus important qu'une finale de Champions League. Le foot italien est dans le creux de la vague, et ce qui compte le plus pour les tifosi est de se nourrir des espoirs qu'offrent le marché des transferts. Nous faisons nos meilleures audiences lors des deux jours de fermeture", explique Gianluigi Longari, rédacteur en chef adjoint.

[IMG…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant