On était à l'inauguration du nouveau stade de West Ham

le
0
On était à l'inauguration du nouveau stade de West Ham
On était à l'inauguration du nouveau stade de West Ham

Jeudi 4 août, West Ham a écrit une nouvelle page de son histoire. Pas de titres ou de victoire de légende au programme, mais la première rencontre disputée dans sa nouvelle enceinte : le Stade Olympique de Londres. On y était.

Il y a quatre ans, jour pour jour, dans le stade olympique de Londres, Mo Farah remportait l'or olympique sur 10 000m, Shelly-Ann Fraser Pryce était sacrée sur le 100m féminin. Après une longue période de chômage technique, seulement interrompue par la Coupe du monde de rugby, l'enceinte dessinée par Sir Peter Cook va faire son retour sur le devant de la scène sportive britannique. West Ham l'a inauguré ce jeudi, par une victoire 3-0 contre Domžale en Ligue Europa. Un adversaire pas aussi prestigieux que prévu, la vraie inauguration étant prévue ce dimanche avec un match de gala contre la Juventus. Mais l'engouement était là. Dès l'après-midi, Westfield, le centre commercial adjacent le stade et un des plus grands du royaume, voyait afflué les premiers supporters aux couleurs des Hammers. Une affluence qui ne cessera de s'accroître au fil de la journée. Les fans arrivant dans le calme pour ce moment d'histoire. De l'enfant à la mamie, tout le monde a répondu présent. Le prix des places revues à la baisse pour l'occasion ayant sans doute été un argument de poids pour convaincre tout ce beau monde de faire le déplacement. Le stade à des allures de soucoupe volante posée au milieu d'un quartier en train de sortir de terre. Grues et ancien village olympique entourent l'arène pour une atmosphère surprenante. Bien loin des stades en centre-ville d'antan.

Poissons, poulets et petites bulles


Le nouveau locataire de l'enceinte olympique a refait la déco à sa sauce. Nom sur le toit et immenses portraits de joueurs sur la façade, pas de doute, c'est bien West Ham qui foulera la pelouse ce jeudi. C'est d'ailleurs le seul moment où l'on peut voir Dimitri Payet avec le maillot grenat sur les épaules, le Réunionnais n'ayant pas encore repris la compétition après l'Euro. Fish and chips, poulets, il y a déjà tout pour se restaurer autour et dans le stade. Tout ? Non ! Match européen oblige, pas de bière avec alcool au programme. Les bars alentours s'en frottent encore les mains. Aux portes du stade, de longues queues se forment. Pour des fouilles à rallonge ? Loin de là, tout le monde s'arrache les…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant