On était à l'inauguration du nouveau stade de Bordeaux

le
0
On était à l'inauguration du nouveau stade de Bordeaux
On était à l'inauguration du nouveau stade de Bordeaux

Dix jours après l'adieu à Lescure, et deux ans et demi après la pose de la première pierre, le Nouveau Stade de Bordeaux a été inauguré lundi, devant 2 000 personnes triées sur le volet. Un événement majeur qui était attendu en Gironde, et auquel nous avons assisté, en V.I.P. En attendant le coup d'envoi sportif, donné vendredi prochain, lors de la dernière journée de championnat, face à Montpellier

Toutes les conditions étaient réunies pour que la fête soit belle. Du beau temps, des gens sélectionnés et admis uniquement sur invitation, des joueurs au garde à vous, des people aussi sobres que classes, des huiles pas coulantes du tout, du bon vin, des hôtesses d'accueil souriantes, un possible futur président de la République, et un écrin qui brillait de mille feux, avec dans le miroir, le reflet des flashs qui crépitaient de partout. Du lourd sur la pelouse-billard du nouveau stade, quoi. Le tout, dans le quartier en pleine mutation de Bordeaux-Lac. Une inauguration soft et chic, à l'image d'une ville qui renaît de ses cendres depuis plus de quinze ans. Et d'une dynamique culturelle et sportive qui lui emboîte le pas.

Savourer sans s'enflammer


Histoire d'avoir l'air moins cons, les Marine et Blanc avaient eu la bonne idée de ne pas perdre à Lyon deux jours avant (1-1) et donc, de pouvoir étrenner leur "bol", sans trop de pression dès samedi, face à des Paillardins coiffés sur le poteau. Mais si l'objectif de la 6e place était atteint, il ne fallait pas non plus s'enflammer ; seule la victoire du PSG face à Auxerre, en finale de Coupe de France, permettrait aux hommes de Willy Sagnol de disputer l'Europe, avec les tours préliminaires de C3 Pas de frime, donc. Mais le sujet du jour était ailleurs. Et pour le traiter convenablement, il fallait reprendre la chronologie de l'évènement dans son ensemble.



- 16h00, accueil des privilégiés, avec, dans la foulée, visite de l'arène, sur fond de musique classique, et de chants de supporters.
- 16h10, arrivée des Girondins – néo-pensionnaires –, dans leur tenue chicos-décontractée, accompagnés par des anciens du club, puis par les éducateurs et les staffs respectifs.
- 16h30, arrivée cette fois-ci des rugbymen de l'Union Bordeaux-Bègles, autres pensionnaires, mais intérimaires, en survêt-club. Les premiers cités sont installés en tribune, à droite de la sortie des vestiaires ; les suivants, à gauche. Limite, on les croirait assis sur un tapis volant, à la Foire aux Plaisirs. Attention, décollage !
- 16h40, Alain Juppé débarque en compagnie de Nicolas de Tavernost et Jean-Louis Triaud.
- 17h00, l'Opéra…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant