On était à l'avant-première du documentaire " Coach " 

le
0
On était à l'avant-première du documentaire " Coach " 
On était à l'avant-première du documentaire " Coach " 

Vous rêviez d'un documentaire où Carlo Ancelotti et Philippe Lucas donnent leurs recettes secrètes d'entraîneur ? Manuel Herrero l'a fait. On était à l'avant-première de Coach, à l'INSEP, pour 90 minutes de leçons techniques et tactiques de 7 coachs différents.

Il est 19h25. 5 minutes avant l'heure de rendez-vous. La queue se forme à l'entrée de la plus grande institution sportive de France, où s'introduire sans avoir son nom sur la liste prédéfinie par la sécurité relève du miracle. Mais visiblement, même quand on a son blase inscrit en gros sur la porte, le coupe-file n'existe pas. Manuel Herrero, visiblement un peu à la bourre, essaie tant bien que mal de convaincre la sécurité qu'un " film que j'ai (Manuel Herrero, ndlr) réalisé allait passer à l'amphithéâtre dans pas très longtemps ". Après quelques minutes de réflexion, carte d'identité de la star de la soirée en main, le garde de l'INSEP lui ouvre la porte, avec SoFoot quelques secondes après lui.



Avec une petite foulée, le fils de Daniel Herrero, légende du rugby français, cherche tant bien que mal l'entrée du " Bâtiment C ", où son documentaire sera projeté dans les minutes qui viennent. L'amphithéâtre de l'Institut national du sport n'attend que lui, où journalistes et futurs sportifs de haut niveau se mêlent entre eux dans le public. Pendant que certains cherchent les meilleures places, ni trop près, ni trop loin, Manuel Herrero s'entretient quelques instants avec Gilles Durand, directeur adjoint de la com' de l'INSEP, avant d'arriver sur l'estrade sous les applaudissements, micro à la main.

Entre punchlines, retardataires et tongs


Après un petit speech de 3-4 minutes, où l'on apprend entre autres qu'il a fallu " une grosse année " à Manuel Herrero pour réaliser Coach, la séance peut commencer. Et pendant que Philippe Lucas sort ses premières punchlines, du genre " La Manaudou, elle enfilait pas des perles à Athènes en 2004 ", d'autres habitants de la petite bourgade de l'INSEP arrivent un peu en retard, cherchant les dernières places libres, si possible à côté des potes. Même un certain Ladji Doucouré vient discrètement s'asseoir tout au fond de la salle, pour regarder et écouter les histoires des 7 coachs, qui au moins une fois dans leurs vies ont été au…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant