On était à... France-Portugal du... avril 1975

le , mis à jour le
0
On était à... France-Portugal du... avril 1975
On était à... France-Portugal du... avril 1975

Depuis dix matchs, la France a toujours battu le Portugal, en amical comme en matchs de compète. La belle série ! Pourtant, il y a onze matchs, les Bleus avaient perdu à dom' contre le Portugal (0-2). C'était le samedi… avril 1975. Un souvenir de fin du monde…

On avait appris la bonne nouvelle à la radio. Ou bien était-ce à Stade 2, par la voix de Robert Chapatte : l'équipe de France jouera "son prochain match amical contre le Portugal le samedi… avril au stade de Colombes". Quoi ? "Stadedecolombe" ? Mais c'est chez nous, ça ! Super. D'abord parce qu'on habitait cette ville magnifique des Hauts-de-Seine – on disait pas encore le 9-2 – et que surtout, c'était le retour des grands matchs de foot dans ce stade mythique qui avait été supplanté depuis 1972 par le nouveau Parc des Princes. Tout se passait là-bas désormais, à la porte d'Auteuil, trop loin, trop cher, trop Paris : finales de Coupe de France, matchs de l'équipe de France de foot et du XV de France… Même le nouveau PSG naissant avait un moment envisagé de jouer au Stade de Colombes. Rumeurs, mais on y croyait. Les salauds ! Plus de foot à Colombes, chez toi, chez moi, chez nous quoi… Alors quand on a appris que l'équipe de France allait venir jouer "ici", ce fut Byzance. La place n'était pas chère (10 francs ?), mais on savait comment resquiller. Il faut dire que le vieux stade troué de partout tombait en ruine et que la sécurité à l'époque se limitait à quelques dizaines de képis vite débordés.

Ce samedi aprèm' on avait fait le mur un peu avant les hymnes, prêts à en prendre plein nos yeux de préados de 5e. Sauf que… Cette équipe de France était nulle. Et le pire, c'est qu'on le savait. En avril 1975, le foot français, c'était un peu la D2 du foot européen : nul en clubs dans les Coupes d'Europe (aïe-aïe-aïe le 6-0 pris par l'OM à Cologne deux ans avant !) et nul en sélection. Depuis la Coupe du monde 66 où ils avaient giclé au premier tour, les Bleus avaient manqué l'Euro 68, le Mundial 70, l'Euro 72, la Coupe du monde 74 et étaient en passe de se faire éliminer en qualif' de l'Euro 76. Après la défaite en Belgique (2-1) et le nul au Parc face à la RDA (2-2), la France était mal barrée : on le savait, mais on espérait. Et pourtant… Le sélectionneur de l'époque était l'immense Stefan Kovács, un Roumain bon comme un abbé, qui parlait bien le français et qui fumait comme un volcan sur le banc de touche. Accessoirement, il avait coaché l'Ajax en remplaçant de Rinus Michels et gagné avec les Amsterdamers la C1 1972 et 1973, ainsi que l'Intercontinentale 1972... Il était arrivé à la tête des Bleus en sauveur en septembre…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant